topblog Ivoire blogs

2012.07.12

Pérennisation du financement de la solidarité au Burkina Faso : quelles pistes de solutions ?

Communication presentée par:

SOME Sâïrbèterfa dit Maurice
Inspecteur d’Education Spécialisée/Sociologue



INTRODUCTION
Le diagnostic fait par les acteurs de la promotion de la solidarité nationale met en évidence l’insuffisance, voire la faiblesse de ressources conséquentes et pérennes pour la prise en charge de l’indigence dans notre pays. Pourtant, paradoxalement, les risques de vulnérabilité qui sont à la fois environnementaux, naturels et sociaux prennent de l’ampleur mais aussi une dimension particulière pour certaines catégories les plus vulnérables.
Face à cette situation, un financement conséquent de la solidarité nationale s’impose avec acuité et il convient donc de trouver des ressources pour couvrir les besoins de certains de nos frères et sœurs aux conditions de vie difficiles. Certes, pour apporter du soutien à ces personnes, divers initiatives publiques nationales comme sectorielles ont certes été initiées par le ministère en charge de l’action sociale et de la solidarité nationale. Sont de celles-là, l’organisation du mois de solidarité et les actions ponctuelles de soutien à travers les services déconcentrés du ministère. Malheureusement, ces initiatives, sont le plus souvent limitées faute de ressources financières suffisantes. En effet, l’état des lieux du financement de la solidarité au Burkina Faso (qui a aussi fait l’objet d’une communication au cours de ce CASEM) montre que des efforts doivent être encore consentis pour un financement conséquent et pérenne de la solidarité nationale.
La question fondamentale qui se pose est alors la suivante : Comment assurer un financement pérenne de la solidarité nationale dans notre pays ?
La présente intervention, il convient de le préciser, n’a pas pour objet, de définir ici et maintenant les sources de financement de la solidarité nationale, mais vise surtout (conformément aux tdr) à identifier des pistes possibles qui, in fine pourraient être approfondies, validées puis soumises aux autorités compétentes afin de renforcer le pack de ressources nécessaires au financement de la solidarité.
Son objet n’est pas non plus de produire un discours sur la solidarité nationale de façon générale, une étude du MASSN (2006), une charte en 2009 et plusieurs autres documents ayant déjà permis de longuement cerné cette notion et ses éléments constitutifs dans le contexte burkinabè.
En clair, il nous revient après la première communication faite par Madame Fatoumata OUATTARA du Fonds National de Solidarité, de prospecter et questionner sur l’existence de pistes possibles pour une pérennisation du financement de la solidarité nationale, pour que progressivement, je pense dans un processus, l’on puisse aboutir avec l’ensemble des acteurs à un financement conséquent et pérenne de la solidarité nationale. Pour la présentation de ce travail, nous adoptons le plan ci-après :

1. De la formulation de quelques constats majeurs
1.1 De la définition de la solidarité
2.2 Autres constats majeurs
2. La Problématique
3. Le financement du Fonds de solidarité : du rôle du secteur public (Etat)
4. Regard sur le contexte de la protection sociale : une meilleure compréhension de la responsabilité de l’Etat dans la prise en charge de la solidarité.
4.1 Les cinq (ou 5) piliers de la protection sociale
4.2 Des cinq piliers de la protection sociale/L’organisation du système actuel de protection sociale burkinabè et de la solidarité : de la responsabilité première de l’Etat.
5. Le financement du Fonds de solidarité : de la contribution du secteur privé.
6. Le financement du Fonds de solidarité : de l’implication des collectivités
7. La contribution des partenaires techniques et financiers (PTF)
8. Quel mécanisme mettre en œuvre pour un financement efficace de la solidarité.
8.1 La nécessaire prise de certaines dispositions et mesures d’importance
8.2. Quel processus mettre en œuvre pour un financement efficace de la solidarité.
8.2.1 Les différentes étapes du processus
8.2.2 Les acteurs principaux à impliquer

PDFCOMMUNICATION CASEM VERSION TEXTE V.docTELECHARGER

14:39 Publié dans PROTECTION SOCIALE ET SOLIDARITE | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer

2012.07.06

POLITIQUE NATIONALE DE PROMOTION DE LA FEMME


Depuis plusieurs décennies déjà des efforts ont toujours été entrepris au Burkina Faso en vue de donner à la femme une place et un rôle plus valorisants dans la société, et d’assurer sa pleine participation au processus de développement du pays.
Cette exigence a été reconnue par les gouvernements successifs comme un objectif national de nature et de portée économique, sociale et une priorité dans la lutte contre la pauvreté et la dégradation de l’environnement.
La promotion de la femme est désormais considérée comme une nécessité, un impératif majeur pour faire face aux difficultés socio-économiques du pays.
Les initiatives de promotion de la femme se sont traduites, selon le contexte socio-politique du moment, par des mesures institutionnelles de portée plus ou moins large et dans les différents domaines économique, social, politique et culturel.
C’est ainsi qu’en 1997, le gouvernement décidait de la création d’un ministère attitré de la Promotion de la femme comme principal instrument/moyen d’action en faveur de la femme à tous les niveaux.
Le présent document consigne la politique du Gouvernement du Burkina Faso en matière de promotion de la femme.
Ce document de politique se veut un cadre d’orientation pour l’action gouvernementale et pour l’ensemble de ses partenaires dans le domaine de la Promotion de la Femme. Il représente une déclaration d’intention du Gouvernement et l’expression de sa volonté et de son engagement en matière de promotion de la femme.
La Politique Nationale de Promotion de la Femme tire sa justification des inégalités persistantes entre hommes et femmes à différents niveaux en dépit des efforts fournis et constitue une réponse du Gouvernement aux engagements pris par le Burkina Faso sur le plan international.
Elle se fonde également sur l’impérieuse nécessité d’une lutte permanente contre ces inégalités dans le strict respect des droits fondamentaux de la personne humaine, contenus dans la Constitution du Burkina Faso de juin 1991.

Politique nationale de la protection de la femme.pdfTELECHARGER

23:16 Publié dans PROMOTION ET PROTECTION DE LA FAMILLE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

2012.07.05

 Loi n°012-2010/AN, portant protection et promotion des droits des personnes handicapées.

Les droits de l'Homme, sont les droits dont tout individu doit jouir du fait même de sa nature humaine. Ils se définissent comme l’ensemble des droits et des libertés considérés comme inhérents à la nature humaine ; ce qui implique notamment leur mise en œuvre et leur respect par tout pouvoir politique. Selon l'article 55 de la Charte des Nations unies de 1945, l'O.N.U. doit favoriser le respect universel et effectif des droits de l'homme avec le concours des États membres.
L’appellation droits de l’Homme a été jugée restrictive du fait de l’utilisation du terme homme qui ne laisse pas percevoir la prise en compte de la femme. Aussi, a-t-elle été remplacée dans la pratique par l’appellation Droits Humains qui est tout à fait générale et impartiale.
Les droits humains visent à établir et à garantir les conditions nécessaires au développement de la personne humaine. Il est très important de savoir que ces droits appartiennent à tous. En conséquence, il est de la responsabilité de tout un chacun, de respecter les droits humains des autres
Loi012PersonneHandicap.doc TELECHARGER

08:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer