topblog Ivoire blogs

2014.05.15

POLITIQUE NATIONALE DE PROTECTION SOCIALE 2013 - 2022

Le Burkina Faso s’est doté en 2000 d’un Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) en vue

de réduire le déficit social. La mise en oeuvre du CSLP a permis au pays d’enregistrer au cours de la

décennie écoulée des progrès macroéconomiques significatifs. Toutefois, cette performance

macroéconomique n’a pas permis d’atteindre les objectifs en matière d’amélioration des conditions de

vie des ménages.

En effet, en dépit de la priorisation de la protection sociale dans le CSLP et des efforts consentis pour

l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base, ceux-ci restent inaccessibles à une frange

importante de la population. Cette frange est également sous la menace permanente de l’insécurité

alimentaire et de l’exclusion sociale. Il se pose donc le besoin de disposer de mécanismes permettant

d’aider ces populations à sortir de ce piège à pauvreté et à subvenir à leur besoin.

Ce besoin a été aggravé par les récentes crises alimentaires, énergétiques et financières qui ont

précipité de nombreuses familles dans la précarité. Ces crises ont mis à nue la très grande vulnérabilité

du pays et particulièrement des populations les plus pauvres aux chocs exogènes remettant davantage

en cause les perspectives de réalisation des objectifs de développement du pays.

C’est pourquoi, dans son nouveau cadre de référence pour le pilotage du développement qui est la

Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) pour la période 2011-2015, le

Burkina Faso a fait de la protection des groupes vulnérables l’une de ses priorités. La réalisation de

cette ambition nécessite de fournir un système cohérent et efficace de protection sociale à la

population. C’est dans ce but que le Gouvernement du Burkina Faso a entrepris avec l’appui de ses

partenaires au développement, de se doter d’une Politique nationale de protection sociale (PNPS) qui

est déclinée dans le présent document.

    Telechargement _PNPS(1).pdf

18:39 Publié dans MASSN/BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

CADRE STRATEGIQUE DE PRISE EN CHARGE DES ORPHELINS ET AUTRES ENFANTS VULNERABLES 2004-2013

Le Burkina Faso est un pays sahélien sans littoral situé en Afrique Occidentale. Il couvre une superficie de 274 200 Km² et est limité au Nord et à l’Ouest par le Mali, à l’Est par le Niger, au Sud par la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Bénin et le Togo. Il constitue un important carrefour routier entre tous ces pays. Il faut souligner que la population Burkinabé est essentiellement agricole et 90% vit en milieu rural.  La densité de la population est de 38 habitants au Km².

Le pays est divisé en 13 régions, 45 provinces, 350 départements, en 49 communes et environ 8000 villages.

La population du Burkina Faso était de 10 941 754 habitants selon le recensement de 1996. Avec un taux d’accroissement général de 2,39% par an, la population Burkinabé est passée à 11,6 millions en 2001, elle sera de 16,5 millions en 2005 et doublera d’ici 30 ans selon les données et estimations démographiques des pays et régions du monde (PRB, 2003). L’espérance de vie à la naissance qui était de 53,8 ans  en 1996 s’est abaissée à 45 ans du fait du VIH/SIDA et de l’accentuation de la pauvreté.

Les enfants de 0-18 ans  et les femmes constituent les couches les plus importantes démographiquement. En effet, selon le RGPH (1996), sur 10 941 754 habitants en 1996, les enfants de 0-18 ans étaient estimés à 5 916 530 et les femmes représentaient  5 341 727. Selon les données de l’INSD (2003), les femmes représentent près de 52% de la population et la tranche de moins de 15 ans environ 49%.

La population du Burkina Faso est caractérisée par une soixantaine de groupes ethnolinguistiques. Les principales langues parlées sont le Mooré, le Dioula et le Fulfuldé. La langue officielle est le Français. Les religions sont dominées par l’Islam (52%) ; le Christianisme (24,3%) et l’animisme (23,3%).

La famille constitue la cellule de base de l’enfant qui transmet à ce dernier les valeurs culturelles lui permettant de se socialiser. Celle-ci traverse, aujourd’hui, d’énormes difficultés liées aux mutations de la société Burkinabé, aux influences des valeurs occidentales et à la naissance de nouveaux besoins. Ceci a, contribué à affaiblir le pouvoir de contrôle qu’elle exerçait sur ses membres et notamment sur les enfants. On assiste alors à l’émergence dans la société de nouveaux comportements caractérisés par le manque de solidarité, l’individualisme, l’instabilité des unions etc.

       Telechargement Cadre stratégique PEC OEV.doc

 

18:10 Publié dans MASSN/BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer