topblog Ivoire blogs

2015.02.13

Parenté à plaisanterie : Un festival international pour consolider les liens culturels

La deuxième édition du festival international des alliances et parentés à plaisanterie de Ouagadougou (FIAPPO) se tiendra du 24 au 29 mars 2015 à la maison du peuple. Placé sous le « très haut » patronage de Jean Baptiste Natama, directeur de cabinet de la présidente de la Commission de l’Union africaine, il a pour thème « Dialogue social et interculturel pour un Burkina radieux ». Face aux journalistes, le jeudi 22 janvier 2015, les organisateurs notamment ont levé un coin de voile sur les innovations de cette deuxième édition

 

        Les organisateurs du FIAPPO sont plus que déterminés à consolider le dialogue social, source de paix entre les communautés ethniques. Après une première édition en 2014, dont le bilan est jugé positif, ils reviennent en force pour la deuxième avec, en sus, beaucoup d’innovations. Manifestation culturelle à caractère festif et à portée nationale et internationale, le FIAPPO est, selon ses initiateurs, un espace de rencontre, de brassage et de dialogue social et interculturel. Cadre regroupant les ethnies, les villes et/ou villages, les belles-familles, les camarades du Burkina et d’autres pays du monde où l’on rencontre cette valeur sociale de parentés à plaisanterie, le festival dégage plusieurs intérêts. Ce sont, note l’initiateur, le facteur de paix, de cohésion sociale, celui d’intégration et de brassage culturel et enfin il est un vecteur de développement social et économique.

32 000 000 FCFA, un budget sur fond de sponsoring…

La première édition, à en croire Laurent Ouédraogo, promoteur du festival et animateur de la conférence, a connu un grand engouement. Plus de 3000 festivaliers ont partagé d’agréables moments. « Nous avons attribué au total 25 stands. Les exposants étaient aussi satisfaits malgré le fait que ce soit une première édition avec beaucoup d’incertitudes ». L’édition précédente a certes souffert de sponsoring et de mécénat, mais les organisateurs confient en avoir tiré de bonnes leçons pour la présente édition. Pour cette deuxième édition, le budget se monte à 32 000 000 FCFA qu’ils espèrent boucler grâce à l’accompagnement financier des sponsors mais aussi grâce à la source interne, notamment les cotisations. Au titre des innovations, l’on note la durée du festival qui passe de 4 jours à 6 jours. A cela, s’ajoutent les prestations des troupes traditionnelles et la participation des communautés sœurs des autres pays (Mali, Sénégal, Côte d’Ivoire…). Au titre des personnalités qui parrainent la présente édition, et en plus du patron suscité, l’on note l’ambassadeur de la république de Côte d’Ivoire Justin Koutaba, le président du Conseil national de la transition Cherif Sy, le ministre de la culture Jean-Claude Dioma, et Zéphirin Diabré. L’animateur de la conférence fera savoir que le choix de l’ambassadeur burkinabè en république ivoirien « sied sous l’angle de l’assistance et de la solidarité apportées par un pays frère et ami dans les circonstances actuelles de crise et de transition politique que vit le Burkina Faso ». En attendant l’ouverture prévue le 24 mars à 19 heures, les organisateurs disent remercier les différentes personnalités qui vont rehausser l’image du FIAPPO à travers leur patronage et Co-parrainage. Situation nationale oblige, le FIAPPO sera mis à contribution pour réconcilier les cœurs, consolider la cohésion sociale, la solidarité et la paix, gage d’un développement harmonieux et durable.

Bassératou KINDO
LeFaso.net

 

 

09:31 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.