topblog Ivoire blogs

2015.02.18

Bégaiement en milieu scolaire : que peut faire l’enseignant ?

Le bégaiement est un trouble du langage qui retentit négativement sur la qualité de vie de l’individu. Mais ce n’est pas une fatalité, des voies et moyens existent pour le surmonter. Il est très présent en milieu scolaire avec des conséquences parfois dramatiques.

 

arton63320.jpg

Pour mieux comprendre ce trouble du langage qui touche plusieurs enfants et dans le cadre de son programme d’activités 2014-2015, la coordination des instituteurs principaux de la circonscription scolaire Ouaga 6, a sollicité l’intervention de spécialistes sur le sujet. C’est ainsi que le samedi 14 février, à l’école Tampuy 6, deux membres de l’Association Action Contre le bégaiement, Docteur Moussa Dao et Docteur Yaya Sourabié, ont animé des communications aux profits des enseignants et des parents d’enfants qui bégaient. 
L’objectif de ses communications était d’outiller les enseignants sur les stratégies d’approche et de communication à adopter face au bégaiement des enfants qui souffrent de cette pathologie.

Les manifestations du bégaiement sont diverses. Et selon le Dr Sourabié, ses signes sont entre autres la répétition, la prolongation, les blocages des sons, la répétition des mots et parties de phrases, les mouvements accompagnateurs (grimaces, mouvements de tête), etc. 27% de personnes bègues le sont avant l’âge de 3 ans, 68% entre 3 et 7 ans et 5% après l’âge de 7 ans, ajoute-il. 
Il n’y a pas de causes précises, mais on parle plutôt de l’interaction de plusieurs facteurs qui concourent à son apparition et à sa chronicisation. Les attitudes comme les reproches, les moqueries, les conseils systématiques, la perte du contact visuel avec l’enfant au moment du blocage sont nocives aux personnes bègues.

Pour Dr Dao, l’enfant qui bégaie, contrairement aux autres handicaps (infirmité, surdité, cécité) ne sait pas ce qui l’empêche de pouvoir s’exprimer comme les autres. Son désir d’être comme les autres aiguise ses sentiments d’insécurité, de honte et de culpabilité relative à son bégaiement. Cela peut se répercuter sur son développement psychique.

A travers plusieurs témoignages poignants recueillis par ACB, il montra que le bégaiement peut être cause d’échec, d’abandon de l’école, de traumatisme divers…

Dans cette situation le rôle de l’enseignant apparaît important voire capital dans la prise en charge de ces enfants. En aménageant un cadre scolaire dénué de toute pression, l’enseignant pourrait contribuer à faciliter l’insertion scolaire de ses enfants vulnérables.

L’environnement scolaire étant un milieu qui exige la prise de parole, Il montra que cela peut être l’occasion de découvrir un bégaiement qui ne s’exprime pas en milieu familial. L’enseignant peut être la personne qui pourrait détecter la présence du bégaiement chez l’enfant et donc peut jouer le rôle de sentinelle. Il peut également jouer un rôle dans la prévention de la chronicisation du bégaiement chez l’enfant. Et pour cela, il a détaillé tout une série de comportements à adopter au cours des séances de lecture à haute voix, d’interrogations en classe, les moqueries des camarades, etc.

En rappel, l’association action contre le bégaiement (ACB) a été créée en 2002 et regroupe toutes les personnes qui se sentent concernées par le bégaiement, notamment les personnes qui bégaient et les parents des enfants qui bégaient. Une initiative née « du constat que le bégaiement est un problème qui existe dans notre pays mais ne semblait pas bénéficier de l’attention des pouvoirs publiques », dixit Dr Dao, président de l’ACB et membre de l’ISA (International Stuttering Association). Elle a pour but de rompre le silence autour du bégaiement et d’insuffler sa prise de conscience dans notre pays. L’association mène des activités allant dans le sens de la sensibilisation des enseignants et des parents dans la prise en charge des enfants qui bégaient. On peut bien vivre avec le bégaiement et ce n’est pas Dr Dao qui nous dira le contraire car étant lui-même bègue. Pour lui le bégaiement n’est pas une fatalité. Il constitue certes une difficulté mais tout peut être fait pour venir à bout de celui-ci. Il suffit de rejoindre l’association. Elle offre l’occasion de se retrouver avec d’autres personnes bègues dans le cadre d’un groupe d’entraide afin d’échanger les différentes expériences et de mettre en œuvre les méthodes apprises etc. Une formation bien appréciée par monsieur Zongo, instituteur principale de Ouaga 6 pour qui, celle-ci impactera beaucoup sur le comportement des enseignants dans les classes et des parents à domicile.

Rosine Kabore
Lefaso.net

 

 

21:43 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.