topblog Ivoire blogs

2015.02.23

LES MINISTRES DU GENRE DE LA CEDEAO ADOPTENT DES PROJETS DE TEXTES FONDAMENTAUX SUR L’EGALITE ENTRE LES SEXES

LES MINISTRES DU GENRE DE LA CEDEAO ADOPTENT DES PROJETS DE TEXTES FONDAMENTAUX SUR L’EGALITE ENTRE LES SEXES

La Ministre du Genre, de l enfant et de la Protection sociale du Ghana, Honorable Nana Oye Lithur_l220_h230.JPG

Ouagadougou, 18 janv. 2014 (AIB)- Les ministres du Genre de la CEDEAO, réunis du 16 au 17 janvier 2015 à Dakar, au Sénégal, ont adopté trois documents fondamentaux dont la mise en œuvre contribuerait à garantir une prise en compte plus appropriée des questions de genre à tous les niveaux d’intervention au plan régional.

Il s’agit du projet d’Acte additionnel sur l’égalité des droits entre les femmes et les hommes pour le développement durable dans l’espace CEDEAO, du projet de Plan d’action de la CEDEAO pour le Genre et le Commerce ainsi que du projet de Cadre et de Plan d’action de la CEDEAO sur le Genre et la Migration.

Concernant le projet d’Acte additionnel sur l’égalité des droits entre les femmes et les hommes pour le développement durable dans l’espace CEDEAO, il a été adopté sous réserve de certains amendements. Il a été décidé de soumettre le document finalisé à l’ensemble des ministres du Genre avant sa présentation au Conseil des ministres de la CEDEAO.

S’agissant du projet de Plan d’action de la CEDEAO pour le Genre et le Commerce, il a été adopté sous réserve du rajout de certaines questions relatives aux produits d’élevage et à la pêche.  

Quant au projet de Cadre et de Plan d’action de la CEDEAO sur le Genre et la Migration, les ministres l’ont adopté sans réserve.

Cette réunion ministérielle a également examiné plusieurs autres dossiers, notamment la Déclaration d’Accra relative à la protection sociale, la situation des 200 jeunes filles enlevées en avril 2014 par le groupe terroriste Boko Haram à Chibok, au Nigeria, le rapport de mise en œuvre de la politique genre de la CEDEAO, le rapport sur la situation du genre en Afrique de l’Ouest tout comme la riposte à l’épidémie à virus Ebola dans la région.

Pour le rapport de mise en œuvre de la politique genre de la CEDEAO, les participants ont recommandé d’élargir l’accès aux crédits aux femmes à l’élevage et à la pêche et de parler désormais de la «santé de la femme» en lieu et place de «santé maternelle».

S’agissant du rapport sur la situation du genre en Afrique de l’Ouest, il a été adopté sous réserve de la prise en compte des observations faites par les participants. Toutefois, il a été demandé aux Etats membres d’actualiser leurs données sur le Genre et de les transmettre au Centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG) basé à Dakar, au Sénégal, de sorte que celles-ci reflètent les réalités du moment.

Par rapport à la maladie à virus Ebola dans la région, la réunion, tout en saluant les mesures prises par la CEDEAO pour freiner la propagation de la maladie, a recommandé entre autres, la création d’un fonds de gestion des maladies (période post épidémique) ainsi que la réalisation d’une étude sur Genre et Ebola en Afrique de l’Ouest pour pouvoir justifier de la mise à disposition de ressources par les gouvernements.

Les ministres ont d’ailleurs saisi cette occasion pour exprimer leur reconnaissance à l’espace communautaire et à la communauté internationale pour leur soutien dans la lutte contre la propagation du virus Ebola dans la région.

Autre document adopté par cette réunion, la Déclaration d’Accra sur la protection sociale. Cependant, suite aux observations de la commissaire chargée des Affaires sociales et du Genre de la Commission de la CEDEAO sur les dénominations différenciées des ministères en charge du Genre et des Affaires sociales dans les Etats membres, les participants ont préconisé la mise en place d’une assemblée des ministres en charge des Affaires sociales et du Genre qui permettrait de regrouper le genre, l’enfance et la famille. 

Les ministres ont également adopté à l’unanimité une Déclaration sur l’enlèvement des 200 jeunes filles de Chibok et d’autres personnes, notamment de femmes et d’enfants, perpétrés au nord du Nigeria par des insurgés et exigé leur libération immédiate et  sans condition.

Ils ont condamné avec la plus grande fermeté ces enlèvements, qu’ils qualifient d’actes criminels, et le recrutement de jeunes filles pour commettre des attentats-suicides à la bombe, incendier des villages et détruire des infrastructures dans le nord du Nigeria par  Boko Haram.

A la cérémonie de clôture, la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance du Sénégal, Mme Mariama Sarr, et celle du Genre, de l’Enfant et de la Protection sociale du Ghana, l’honorable Nana Oye Lithur, dont le pays assure actuellement la présidence en exercice de la CEDEAO, se sont félicitées des conclusions de cette rencontre et ont remercié les participants pour la pertinence de leurs réflexions et recommandations.

La ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance du Sénégal, Mme Mariama Sarr, a particulièrement émis le souhait de voir les différentes recommandations issues de cette rencontre adoptées respectivement par le Conseil des ministres et la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO.  

Cellule de communication de la CEDEAO

12:40 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.