topblog Ivoire blogs

2015.02.28

Le monde connaît sa pire crise humanitaire depuis la seconde Guerre mondiale

Amnesty international a publié un rapport sans concessions concernant les violations des droits humains à travers le monde. L'année 2014 aura été la pire des années depuis la fin de la seconde Guerre mondiale.
amnistie int.jpg


C'est un rapport choc qui a été publié par Amnesty international. L'ONG a fait le recensement de tous les manquements aux droits fondamentaux à travers la planète. C'est principalement l'impact des guerres et des différents conflits sur les populations qui ont été étudiés. « Conséquence tragique de l'incapacité de la communauté internationale à faire face au nouveau visage des conflits, la crise des réfugiés est l'une des plus graves que le monde ait jamais connues. ». Des mots très durs et lourds de sens pour qualifier la situation de l'année 2014 qui s'est terminée il y a peu. Dans le détail c'est principalement le conflit en Syrie qui est pointé du doigt. Avec plus de 60% de la totalité des réfugiés à travers le monde, la guerre qui dure depuis plus de quatre outre son aspect meurtrier, est aussi un véritable bourbier humanitaire.

Si les guerres sont considérées comme les premières causes de la crise humanitaire globale, c'est aussi l'attitude de certains États qui est mise en avant. Un laisser faire considéré comme inadmissible par l'ONG qui ressort les promesses de plusieurs pays qui n'ont pas été tenues. C'est notamment le cas de la France qui s'était engagée à accueillir plusieurs centaines de réfugiés syriens et qui est environ 50% en dessous de ce qu'elle avait pourtant promis. Mais les syriens ne sont pas les seules victimes des conflits. Amnesty international a aussi mis en avant les conditions épouvantables qui prévalent en Libye, au Soudan, en Centrafrique, en Afghanistan ou encore en RDC.

L'année 2015 pourrait être encore plus tragique

Si ce rapport est sans concessions et pointe les causes et les conséquences, l'année 2015 pourrait être encore plus tragique. C'est en tous les cas l'inquiétude qu'à l'ONG. Aucune amélioration n'est effectivement en vue, qu'il s'agisse de la guerre en Syrie ou en Libye par exemple. L'implantation de l'État islamique dans différents endroits du globe pourrait également provoquer de nouveaux conflits et surtout avoir des conséquences désastreuses sur les populations. Encore une fois, comme ce fut le cas en Irak notamment, les civils sont les premières victimes des atrocités commises et leur protection n'est pas assurée par la communauté internationale qui a, selon l'ONG, le devoir d'agir.

Avec la recrudescence des actions de Boko Haram au Nigeria, l'extension des risques terroristes dans tout le Sahel, la répression au Zimbabwe, la présence de rebelles en RDC, la situation catastrophique au Darfour, les conditions de vie compliquées en Somalie où les Shebab agissent toujours, la crise centrafricaine qui n'en fini plus, les pourparlers qui traînent au Mali concernant le nord du territoire ; l'Afrique se retrouve face à de très nombreux défis. Amnesty international appelle les pays concernés à prendre leurs responsabilités pour que les civils cessent d'être les victimes des conflits de toutes sortes et que les crises humanitaires puissent être endiguées. Il n'en reste pas moins que ce rapport si il informe le monde de la réalité des faits, n'aura probablement pas d'incidences concrètes sur le terrain.

09:49 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.