topblog Ivoire blogs

2015.03.06

Message de la Ministre de la Promotion de la Femme et du Genre

Le Burkina Faso, à l'instar de toutes les nations du monde, commémore le 08 mars de chaque année, la Journée internationale de la femme. Cette journée représente une belle opportunité de marquer un arrêt afin de faire le bilan du rôle que joue la femme dans la société et évaluer sa contribution au développement des Etats. Au niveau mondial, la célébration est placée cette année sous le thème «Examen de la plateforme de Beijing, 20 ans après son adoption». Au niveau national, le Burkina Faso a décidé pour 2015 de s'appesantir sur l'autonomisation économique des femmes : accès à la formation professionnelle et à l'emploi. Le choix de ce thème répond à la préoccupation majeure de notre pays d'identifier tous les obstacles à l'autonomisation économique réelle de la femme burkinabé. Aucune stratégie de développement ne peut être performante et efficace si l'apport de la frange la plus importante de la population que constituent les femmes n'est pas valorisé. Pourtant, de nombreuses études réalisées au Burkina Faso ont fait la preuve du rôle primordial de la femme dans l'épanouissement de la famille, de la communauté et bien entendu, de la nation entière. Que ce soit aussi bien dans nos villages que dans nos villes, l'impact positif de la contribution des femmes n'est plus à démontrer. Et c'est à juste titre que les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) qui constituent des référentiels du développement du Burkina Faso accordent une place de choix à la problématique de l'autonomisation économique de la femme. S'il est vrai que les précédentes commémorations de la Journée internationale de la femme au Burkina Faso nous ont permis d'appréhender la problématique de l'entreprenariat comme enjeu pour parvenir à l'autonomisation économique des femmes, elles ont aussi été l'occasion d'en identifier les freins. En effet, le financement de l'entreprenariat féminin ne saurait constituer la seule condition à l'ambition de l'autonomisation économique des femmes. Plusieurs facteurs dont le manque de formation professionnelle constituent de véritables blocages à la compétitivité des entreprises créées par les femmes. Le challenge le plus important n'est pas de pouvoir créer une entreprise, c'est surtout d'être à mesure d'assurer sa viabilité afin de pérenniser les emplois créés dans ce cadre. C'est donc l'occasion pour le gouvernement burkinabè de réitérer sa volonté à œuvrer pour une société plus équitable où la responsabilité des femmes est aussi engagée que celle des hommes pour le développement harmonieux du pays. A cet effet, il me plait donc de lancer un vibrant appel à toutes les forces vives de la nation afin que nos réflexions, nos ambitions et efforts conjugués puissent aboutir à des réponses durables afin que l'autonomisation économique de la femme ne soit plus un leurre mais une réalité au Burkina Faso. BONNE FETE A TOUTES ET A TOUS ! JE VOUS REMERCIE.

12:56 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Le message de madame la ministre me rappelle cette affiche soviétique de 1932 qui disait :"le 8 mars: journée internationale des femmes travailleuses contre l'esclavage de la cuisine"

Écrit par : thieni | 2015.03.07

Les commentaires sont fermés.