topblog Ivoire blogs

2015.03.30

Prévention et gestion des catastrophes : L’ODE forme une trentaine de personnes

Prévention et gestion des catastrophes

L’ODE forme une trentaine de personnes

prevention-et-gestion-des-catastrophes-l-ode-forme-une-trentaine-de-personnes_551922fc75207_l220_h230.JPG

Djibo, (AIB) - Un atelier de réflexion et de concertation sur la prévention et la gestion des catastrophes s’est tenu le mardi 24 mars dernier dans la salle de réunions de la Mairie à Djibo. Présidé par le secrétaire général de la province Maurice Konaté, représentant le Haut-commissaire, cet atelier, organisé par l’office de développement des églises évangéliques (ODE), a permis aux autorités et partenaires techniques de s’approprier de la loi d’orientation en matière de prévention et de gestion des risques et catastrophes mais aussi d’émettre des propositions concrètes pour une application de la loi au niveau local.

L’office de développement des églises évangéliques (ODE) a organisé un atelier un atelier de réflexion et de plaidoyer pour la prévention et la réduction des risques de catastrophes. Selon le Chargé de programme de l’ODE Harouna Yaméogo, cet atelier dont bénéficie une trentaine de personnes, s’est tenu grâce au soutien réseau MARP Burkina et l’ATMD avec l’appui de Christian Aïd. Celui-ci a également présenté le groupe de plaidoyer dont les taches sont entre autres de contribuer à la réduction des risques et catastrophes d’ici 2O17 au Burkina Faso. 

Le magistrat et conseiller technique au Ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale, Manly Dieudonné Marie Désiré, a ensuite intervenu sur la loi d’orientation relative à la prévention et à la gestion des risques, des crises humanitaires et des catastrophes. Selon lui, le Burkina Faso, à l’instar des autres Etats du sahel est confronté à de nombreux risques qui se transforment souvent en catastrophes et dont les plus récurrentes sont les conflits fonciers ou ethniques, la sécheresse, les inondations, et les invasions acridiennes. Pour y faire face le gouvernement a mis en place une structure interministérielle de gestion des catastrophes. 

Il s’agit du conseil national d’urgence et de réhabilitation (CONASUR), composé d’une vingtaine de départements ministériels, de la croix rouge, et des ONG dont l’objectif est de doter le pays d’un cadre juridique et institutionnel global régissant efficacement les divers aspects des risques , crises humanitaires et catastrophes, a-t-il souligné. Aussi, est-il revenu sur les définitions de crises, des objectifs puis les processus d’élaboration et le contenu de la loi d’orientation. Selon le formateur, la loi d’orientation précise les procédures, les conditions et modalités de déclaration, de l’état de secours, de réquisitions et de l’information de crise. 

En définitive, a-t-il martelé, la loi d’orientation offre un cadre stratégique et juridique adéquat qui permet au Burkina Faso d’apporter des réponses appropriées aux risques et catastrophes affectant le pays et qui clarifie les rôles des différents acteurs: toute chose qui permettrait une meilleure capitalisation des différentes interventions. A l’issue de cette communication les participants ont échangé fait des propositions et pris des engagements pour y remédier et à temps aux différentes futures crises.

Moumouny B.TAMBOURA

 

18:52 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.