topblog Ivoire blogs

2016.08.25

Le travail social et le milieu carcéral au Burkina : le tâtonnement !!! Partie 1

          Le présent article va se tabler sur le service social en milieu pénitentiaire au Burkina Faso et la nécessité d’une refonte. En effet les principales actions des travailleurs sociaux sont orientées vers la réinsertion sociale dans la plus part des pays dont s’inspire notre code de procédure pénal, ainsi que les différents lois et décrets qui régissent notre monde carcérale. En France par exemple les attributions des différents acteurs dans la prison et hors de la prison sont  définies dans le code de procédure pénal français 1791 ainsi que dans le décret 1999 portant Création des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) regroupant dans une structure unique les activités liées à la réinsertion.

        Les services de probation et d’insertion pénitentiaire (service sociaux pénitentiaires) évoluent en parallèle avec les éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ)  qui s’occupent aussi des mineurs en conflits avec  loi dans les établissements pénitentiaires pour mineurs.

     Par ailleurs au Burkina Faso la prise en charge des mineurs en conflit avec la loi relèvent uniquement des travailleurs sociaux mise à la disposition du ministère de la justice (loi 015 /AN/2014) notamment  à travers les enquêtes sociales pour assistance éducative, les renouements des liens familiaux etc. …..

            Que faut-il reproché au service social en milieu pénitentiaire actuelle ?

                                                                              hhhh.png        

     Il faut souligner une prise en charge non holistique (complète)  du détenu en matière de réinsertion sociale.

     En effet le service social pénitentiaire ne s’occupe que  du détenu du « dedans » tout en omettant celui du « dehors » (fin de peine, bénéficiaire de mesure spéciale du juge) en d’autre terme l’accent est mis sur le « milieu fermé » au détriment du « milieu ouvert ».

     Les actes délictuels qui conduisent /reconduisent beaucoup de personnes en prison ont leurs racines « dehors »  et la nécessité de valoriser la fonction du juge chargé de l’application des peines(JAP)1 est plus que nécessaire au Burkina Faso, sans omettre aussi une nouvelle réadaptation  de la fonction ou mission du travailleur social en milieu pénitentiaire .Il faut vite arriver à la création des services de probation pour le milieu ouvert et celui des services socio-éducatifs pour le milieu fermé (prison) .

     Une prise en charge en amont et en aval du détenu s’impose au monde de la justice car la récidive et la surpopulation carcérale ont atteint leur paroxysme.

       A l’image de beaucoup de pays comme le canada, la France, l’Allemagne et certains pays africains il nous faut deux systèmes de prise en charge des détenus dont les attributions peuvent être déclinées comme suit…….Article prochain  

                                                                                     Thieni Hama

                                                                                             Educateur social

          

 

 

 

13:06 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.