topblog Ivoire blogs

2016.09.13

Lutte contre les violences faites aux enfants : des leaders d’opinion invités à s’impliquer

Fada N’Gourma (AIB) 

La direction régionale de la femme, de la solidarité nationale et de la famille  de l’Est, a initié une série d’activités de sensibilisation sur la promotion des droits des enfants. Les 24 et 25 août 2016, elle a réuni les leaders d’opinion pour échanger sur la question en vue de les impliquer davantage dans la lutte contre la traite et les autres pires formes de travail des   enfants de l’Est.

lutte-contre-les-violences-faites-aux-enfants-des-leaders-d-opinion-invites-a-s-impliquer_57c4572f206c4_l220_h230.JPG

 Après avoir lancé  les prestations théâtrales, les cinés débats sur la promotion des droits des enfants  dans la commune de Diapangou, la direction régionale de la femme, de la Solidarité Nationale et de la famille de l’Est, poursuit son combat contre la traite et les autres pires formes de travail des enfants. Pour réussir sa mission, elle a réuni les leaders religieux, les coutumiers et les   OSC  de la région de l’Est autour de la question. Selon le directeur régional de l’action sociale de l’Est Mahamadou Bassaoulet, impliquer les chefs coutumiers, religieux et les responsables d’OSC, va leur permettre de vite toucher les populations à la base. Leur message est porteur et est tout aussi considéré par leurs fidèles, a-t-il expliqué. Ils sauront le bien-fondé de la promotion des droits des enfants et participeront dans la lutte. « Si nous voulons des lendemains meilleurs, Nous devons inculquer  un minimum de discipline, un minimum de sagesse à nos enfants d’aujourd’hui, car ils seront les dirigeants de demain » a-t-il conclu. Son point de vue est partagé par le Pasteur Lamoudi Thiombiano. Pour  lui, un enfant qui a appris à respecter ses parents à la maison, respectera sans aucun doute ses enseignants à l’école et les policiers sur la route. Par ailleurs, le Pasteur Thiombiano a exhorté les parents  à être des modèles à la maison, et des responsables aux yeux de leurs enfants. Afin de  permettre aux participants de mieux comprendre davantage les inconvénients du fléau, et de  s’engager dans la lutte contre ces pratiques, les participants ont eu droit à quelques communications. Selon le représentant la communauté musulmane Talouta Dioni, la promotion des droits des enfants n’est pas contraire aux enseignements Coraniques. « Nous allons à travers nos sermons des vendredis, lors des cérémonies informer aux fidèles la nécessité de respecter les droits des enfants », a-t-il promis. Sa majesté Basma, représentant  le roi du Gulmu Kunpiendieli, a indiqué pour sa part que la solidarité entre les hommes doit réapparaitre dans le domaine de l’éducation. La présidente des parlements  des enfants de la région de l’Est, Eudoxie Louise Soubeiga s’est dite rassurée par ces engagements pris. Elle a  plaidé auprès des leaders d’opinion afin qu’ils usent de leur poids social pour mettre en œuvre les recommandations formulées lors de la formation en vue du respect des droits des enfants et pour leur épanouissement. 

Albert Sankara

(Collaborateur)

18:54 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.