topblog Ivoire blogs

2016.09.15

Ces Burkinabè qui exploitent la misère d’autres Burkinabè, par cupidité!

Dans la conjoncture économique actuelle, des problèmes inattendus peuvent faire perdre à l’homme le plus rigoureux toute sa sérénité, son invulnérabilité et même son honorabilité sociale. Fonctionnaires, artisans et particuliers ont, par moments, de sérieux problèmes de trésorerie. Le travailleur qui frissonne déjà lorsque le mois bat de l’aile, perd les pédales dès la souvenance du moindre imprévu financier, malgré des mesures d’auto-ajustement tous azimuts prises à bon escient.

Les prêts d’argent, l’emprunteur est souvent contraint de les accepter à des conditions exorbitantes. Une spéculation financière au détriment de toute retenue morale et qui est condamnée par la loi civile
Les prêts d’argent, l’emprunteur est souvent contraint de les accepter à des conditions exorbitantes. Une spéculation financière au détriment de toute retenue morale et qui est condamnée par la loi civile

Surtout à quelques semaines de la rentrée des classes qui rime avec dépenses. Des dépenses de plus en plus importantes d’année en année, tant les promoteurs des établissements scolaires et les vendeurs de fournitures classiques et de matériels scolaires exploitent le contexte. Sans oublier les autres obligations qui s’y greffent: uniformes, cantine scolaire, transport…

Il est donc des périodes où l’on est (moralement) contraint de se compromettre pour résoudre un problème économique ponctuel, d’accepter n’importe quel secours financier, quelles que soient les conditions de remboursement.

Malheureusement, il se trouve toujours, en de telles circonstances, des individus peu scrupuleux et de mauvaise conscience, dont le souci est de tourner la loi et d’exploiter au maximum la détresse des autres. Et leurs victimes leur sont presque toujours servies sur un plateau d’argent.

Un contrat auquel les parties ont concouru librement est réputé bon et valable si, par ailleurs, son objet et sa cause ne sont pas illicites. Dans ce sens, «les conventions légalement formulées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites». Dans le cas du prêt usuraire, les clauses des contrats sont souvent illégales et immorales.

Souvent, par ignorance, les pratiques usuraires vous déplument comme cette poule
Souvent, par ignorance, les pratiques usuraires vous déplument comme cette poule

En effet, ce qui se fait tous les jours, dans nos quartiers et nos marchés, c’est que dans les prêts d’argent, l’emprunteur est souvent contraint de les accepter à des conditions exorbitantes. Les prêteurs exploitent la faiblesse de ceux ou de celles qui sont dans le besoin sans aucune gêne. Justement, le délit d’usure est cette manie qu’un individu ou une banque peut avoir dans le but de profiter bassement de la misère ou de l’ignorance de ses clients. Ces activités de spéculation financières au détriment de toute retenue morale sont condamnées par la loi civile. Il y a un taux légal plafond à ne pas dépasser. Même s’il relève d’opérations mathématiques complexes, il est toujours bon et bien de se renseigner auprès des spécialistes avant de contracter un prêt. Mais beaucoup de gens ne le savent pas ou l’ignorent quand le besoin d’emprunter est pressant sinon urgent.

D’ailleurs, dans la pratique, les usuriers, pour tourner la loi, dissimulent leur forfait dans des contrats très souvent ambigus, de nature à entretenir le doute et la confusion dans l’esprit de la victime (emprunteur) et du juge. Ces genres de transactions se réalisent généralement par la rédaction d’une simple reconnaissance de dette contenant uniquement la somme à rembourser, les modalités de paiement, à l’exclusion (évidemment) du capital emprunté et du taux d’intérêt pratiqué. Et comme le juge ne peut que s’en tenir aux termes du contrat lorsque ceux-ci sont clairs, il est de forte chance que la décision du juge débouche sur la consolidation du mauvais droit du délinquant.

C’est pourquoi, en ces périodes difficiles, il convient de savoir que les pratiques usuraires existent plus que jamais et de demeurer vigilant, car comme aime à le dire, «veille sur ton droit et la loi te protégera».

              Théophile Moné

09:53 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.