topblog Ivoire blogs

2016.09.20

Relation homme-femme : L’essentiel est-il d’avoir seulement un enfant ?

Un enfant. Le fruit d’un amour. C’est en effet, toute une vie. Un lien fort qui unit. Un lien fort qui peut aussi désunir, malheureusement. Qu’à cela ne tienne, un enfant, c’est le plus beau cadeau d’une relation entre un homme et une femme. Si autrefois, l’avoir - hors mariage - était presqu’un « crime » et dont les conséquences en valaient le bannissement de la famille – pour la femme - voir même par la société, en ce 21ème siècle, ces considérations sont balayées du revers de la main par une certaine catégorie de personnes

Sont, justement de ces catégories, des jeunes hommes qui n’hésitent pas, de nos jours, à exprimer leur désir d’avoir seulement un enfant, plutôt que de fonder un foyer. Etonnant ! « Que nenni ! » répliquait Alassane, une jeune d’une trentaine d’âge, qui estime que c’est la bonne et meilleure formule pour vivre en paix. Dur dur…, donc de vivre avec une femme, à son avis. Un avis que partage partiellement Joël qui se tente de se justifier par la peur du vivre à deux. Faut-il donc entretenir une relation, uniquement pour avoir un enfant, et ne plus se soucier du reste ? Pourquoi de telles orientations ? Est-ce relatif aux changements globaux que connaissent aujourd’hui nos sociétés. Le moins qu’on puisse dire, est que les valeurs d’antan sont en train de s’estomper au profit de celle de la nouvelle génération. La rencontre avec l’Occident, selon un sociologue en est pour beaucoup dans ces mutations de comportements. Il en est de même pour la diminution de la spiritualité avec une certaine montée des valeurs comme la liberté individuelle. Si bien que de nos jours, les gens se contentent d’assurer la reproduction sans suivre les voix conventionnelles ? Se marier est-ce aussi normal ? Je pense que c’est plutôt une convention de la société) – c’est-à-dire - le mariage. L’essentiel est de seulement avoir un ou plusieurs enfants.
Une fuite de responsabilité ?
L’idée d’avoir seulement un enfant n’est-elle pas une fuite de responsabilité de la jeune génération masculine. Le mariage étant d’une certaine manière une restriction de liberté. L’aspect économique n’est pas, non plus, à négliger. En tout cas, la monoparentalité s’impose de plus en plus dans nos sociétés, même si l’on fait parfois recours à ses proches. Toutefois, vivre avec un enfant sans sa mère n’est pas sans conséquence. Et vice-versa. Un enfant, on le sait, a forcément besoin de ses deux parents, sauf force de cas majeur. C’est ainsi qu’il n’est pas rare de voir des enfants en carence d’affection, des enfants qui n’ont pas la personnalité de base de leur société paternelle parce que éduqué dès les premiers moments de la vie par leur mère, des enfants manipulés par leurs parents, des enfants déboussolés etc. Pourtant, l’idée d’avoir seulement un enfant continue de germer dans les esprits de bons nombres jeunes. Ce n’est peut-être pas mauvais pour eux, mais elle l’est pour des femmes. Et il faudra, enfin, arrêter de fabriquer des « cas sociaux ».

Bassératou KINDO
   Lefaso.net

16:04 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.