topblog Ivoire blogs

2016.09.23

Préservation de l’équilibre religieux : Le prêche de Crisis Group

Préservation de l’équilibre religieux : Le prêche de Crisis Group
© DR / Autre Presse
 
Préservation de l’équilibre religieux : Le prêche de Crisis Group
 
En marge de la présentation de son dernier rapport intitulé « Burkina Faso : préserver l’équilibre religieux », le 22 septembre 2016 à Pacific Hôtel, l’ONG International Crisis Group a organisé un point de presse pour échanger sur la question. Foi de tous ceux qui en ont été les animateurs, tolérance et pluralisme religieux sont ancrés dans notre pays, même si, pour que cela perdure, des garde-fous doivent être mis.

Vous rappelez-vous ? International Crisis Group, c’est cette organisation qui, du temps de Blaise Compaoré, avait prévenu, dans un rapport alarmiste et ayant par conséquent fait grand bruit, que la volonté de révision de l’article 37 de la Constitution avait de fortes chances de provoquer une grande crise au Burkina Faso. Et ce qui devait arriver est arrivé. Depuis, tout document né des enquêtes et de la réflexion de cette ONG ne peut passer inaperçu. C’est le cas de son dernier rapport Afrique, le no240, qui a pour thème « Burkina Faso : préserver l’équilibre religieux », paru le 6 septembre dernier. Dans ledit document, les enquêteurs ont fait un tour d’horizon des différents rapports entre religions dans notre pays. Et le constat est heureux : le Burkina n’a jamais connu de conflit civil ou de tensions liées à l’appartenance religieuse. Musulmans, chrétiens et animistes ne vivent pas seulement côte-à-côte, ils vivent ensemble, sont voisins et se marient. La coexistence pacifique repose sur le pluralisme religieux et le caractère secondaire, généralement peu marqué, de l’identité confessionnelle.

Cependant, préviennent les analystes du rapport, il n’en demeure pas moins que notre pays est à la croisée des chemins, entre deux grands espaces qui composent l’Afrique de l’Ouest : la région sahélienne, où un islam rigoriste semble gagner du terrain et où des groupes armés et terroristes sont actifs ; et la zone côtière, marquée par l’essor de nouvelles églises protestantes. Crisis Group fera également le constat, grâce à ses sondés bien sûr, qu’au Burkina il existe depuis longtemps des frustrations parmi les musulmans qui font écho de leur faible représentation au sein de l’élite politique et administrative, avec le sentiment que l’administration favorise parfois le christianisme. A ce propos, l’imam Halidou Ilboudo du CERFI (Centre d’études, de recherche et de formation islamique), fera remarquer que « beaucoup ont comme le sentiment que l’Etat va souvent vers cette catégorie religieuse », avant d’apporter un bémol, précisant que cette situation a quelque part un fondement historique puisque les premières écoles ont été fondées par l’Eglise catholique.

Que l’on se rassure cependant : International Crisis Group ne s’est pas contentée de relayer les perceptions de ses interlocuteurs. De leurs témoignages, elle a aussi tiré des solutions pour le renforcement de la cohésion religieuse. Rinaldo Depagne, directeur du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’organisation, a rassuré l’opinion en faisant remarquer que le présent rapport « n’est pas alarmiste, contrairement à celui fait du temps de Blaise Compaoré », avant de citer quelques mesures afin que jamais des conflits liés à la vénération de Dieu ou des ancêtres n’éclatent: l’exercice par l’Etat de son pouvoir régalien à travers la fourniture de services dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la sécurité ; ne pas accorder d’importance aux détails (prières sur une voie, organisation de fête autour de Papa Noël ...), mais privilégier l’intérêt commun ; la revalorisation de l’enseignement franco-arabe en combinant études islamiques et enseignement général ... « Autrement, prévient Crisis Group, certains pourraient ne plus voir en l’Etat un interlocuteur valable et choisir d’autres moyens d’expression.

Issa K. Barry

10:29 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.