topblog Ivoire blogs

2016.10.04

Education pour tous. Bientôt on dira : «Je fréquente à la MACO»

Education pour tous. Bientôt on dira : «Je fréquente à la MACO»

Dans la matinée du 22 septembre, l'Association Ecole Pour Tous (AEPT) a organisé une cérémonie de collecte de fonds en vue de construire une salle de classe au sein de la Maison d'Arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO). L'objectif est de permettre la réinsertion socioprofessionnelle des détenus et des prévenus après leur libération.

La détention occupe le 5e rang parmi les peines afflictives et infamantes. Elle a donc pour but de punir et de faire payer les fautes commises mais sans toutefois penser à une réinsertion après libération. Il a fallu donc attendre jusqu'en 1791 pour que la réinsertion soit un sujet préoccupant. En effet, créée en 2011, l'AEPT ambitionne évoluer dans la réinsertion des détenus après leur libération et se bat en particulier pour atteindre ses objectifs à savoir : une prison, une école ; la formation des détenus (es) en entrepreneuriat et le parrainage de ceux et celles qui sont vulnérables. Ainsi donc, la cérémonie de ce matin, en présence du représentant du ministre de la Justice et de celui de Mme le ministre de l'Action sociale, avait pour principal objectif la collecte de fonds pour la construction d'une salle de classe au sein de la MACO avec un budget estimé à 7 millions de FCFA.

Le président de l'association, Hado Nicaise Sawadogo, à l'entame de son discours, a rendu un vibrant hommage aux partenaires techniques et financiers et se dit honoré par leur présence, car celle-ci constitue "une lueur d'espoir pour les détenus ". Cependant le besoin est réel, pressant et nécessite une attention particulière : « La MACO est un navire embarquant à son bord plusieurs milliers de pensionnaires, mais ce navire cherche désormais à accoster, car les passagers doivent débarquer et corriger leur passé », a-t-il déclaré. En ce qui concerne le représentant du ministre de la justice, Yogo Geoffroy, patron de la cérémonie, il a salué l'initiative de l'AEPT et lancé un appel solennel à l'endroit des prisonniers, les invitant à redoubler d'efforts dans l'apprentissage, car, selon ses dires, 5 mois ont été sacrifiés afin que cette journée de collecte de fonds soit effective.

Encore faut-il rappeler que les prisonniers méritent une seconde chance: «  Faire des détenus d'aujourd'hui, les bâtisseurs de demain », foi de Yogo Geoffroy. Quant aux bénéficiaires de cette nouvelle donne, ils n'avaient que des mots de remerciement à l'endroit de l'Association et à l'ensemble de ses partenaires. Néanmoins un souci se présente à l'horizon: la question de savoir comment une seule salle de classe peut-elle servir à dispenser des cours à des milliers de détenus? A cette question, le président de l'AEPT a assuré que le plus important est d'avoir pris l'initiative et l'engagement d'emboîter le pas«  Avec le temps et l'appui de nos collaborateurs, nous passerons d'une classe à une école », a-t-il terminé.

 

Omar Salia

(Stagiaire)

18:56 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.