topblog Ivoire blogs

2016.10.17

PNDES : les linéaments expliqués aux populations du Centre-Sud

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a rencontré respectivement le vendredi 30 septembre et le samedi 1er octobre 2016 les forces vives de la région du Plateau Central et de celle du Centre Nord. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
© DR / Autre Presse
 
Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a rencontré respectivement le vendredi 30 septembre et le samedi 1er octobre 2016 les forces vives de la région du Plateau Central et de celle du Centre Nord. Photo d'archives, utilisée à titre d'illustration
 
Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba est allé à la rencontre des populations de la région du Centre-Sud, à Manga, le samedi 15 octobre 2016, en vue de leur expliquer les grandes lignes du Plan national de développement économique et social (PNDES) et solliciter leur contribution pour sa mise en œuvre.


Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, poursuit sa campagne de communication sur le nouveau référentiel de développement qu’est le Plan national de développement économique et social (PNDES). A cet effet, à l’initiative de la Coordination des mouvements et associations pour la vulgarisation du programme présidentiel, le chef du gouvernement a échangé, au cours d’une conférence publique, avec l’ensemble des couches sociales de la région du Centre-Sud, à Manga, le samedi 15 octobre 2016. L’objectif a été d’expliquer le contenu du PNDES, sa stratégie de mise en œuvre et de recueillir leurs préoccupations. Pour le coordonnateur national de la structure, initiatrice de la rencontre, Adams Boris Ouédraogo, cette conférence s’inscrit en droite ligne du devoir de redevabilité de l’Etat vis-à-vis des citoyens, devenus regardants sur la gestion, la gouvernance administrative et économique du Burkina Faso. «Fini le temps où les populations se mettaient en retrait», a-t-il lancé. Pour Paul Kaba Thiéba, ces conférences publiques entreprises à l’intérieur du pays s’inscrivent dans une dynamique de démocratie participative et surtout d’appropriation, par l’ensemble des acteurs de la société, du PNDES afin que chacun puisse apporter sa part contributive dans sa mise en œuvre. «Notre objectif est d’échanger avec l’ensemble des acteurs, leur expliquer le contenu du PNDES, de recueillir les préoccupations afin de réajuster les politiques sectoriels dans le cadre de sa mise en œuvre», a indiqué Paul Kaba Thiéba. Pour lui, le nouveau référentiel de développement a été élaboré après un diagnostic profond de l’économie nationale, tout en s’inspirant du programme présidentiel. Et de relever qu’au Burkina Faso, depuis bien longtemps, de nombreux plans de développement ont déjà été élaborés sans pouvoir contribuer véritablement à une réduction de la pauvreté. A l’en croire, 40% des burkinabè vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Sortir le pays du joug de la pauvreté

C’est fort de ce constat, a estimé le chef du gouvernement burkinabè, que le Président Roch Marc Christian Kaboré a proposé ce programme en vue d’impulser une nouvelle dynamique de développement pour le bien-être du peuple. «Dans sa conception, le PNDES vise une croissance économique forte, durable et inclusive pour les cinq prochaines années et, est basé sur trois axes principaux», a indiqué le Premier ministre. De ces trois axes principaux, l’on retient la promotion de la bonne gouvernance administrative et économique, la transformation structurelle de l’économie nationale et la valorisation du capital humain. Toutes ces grandes lignes ont, en effet, été passées au peigne fin par le chef du gouvernement, devant une population fortement mobilisée pour la circonstance. Pour Paul Kaba Thiéba, le développement socioéconomique du Burkina Faso est plombé, en grande partie, par des problèmes structurels. Ils ont été identifiés dans le PNDES afin que des solutions durables puissent être apportées pour sortir le pays du joug de la pauvreté. Parmi ces difficultés structurantes, il a cité, entre autres, les questions d’infrastructures routières qui enclavent certaines parties du pays, la question de l’énergie, de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, de l’élevage, de l’employabilité et de la formation professionnelle. Le PNDES, conçu pour être mis en œuvre pour la période 2016-2020, a-t-il indiqué, à un coût total de plus de 15 000 milliards de F CFA. Il sera financé à hauteur de 64% par les ressources propres du pays. Et, cela, à travers la réduction du train de vie de l’Etat et la mobilisation de fonds sur le plan national. Il a ajouté que 8400 milliards de F CFA seront consacrés aux investissements. Lors de la conférence, les participants ont salué l’initiative du gouvernement d’aller à leur rencontre afin de mieux leur expliquer le nouveau référentiel de développement. Ils ont cependant soulevé des préoccupations relatives aux questions de la vie chère, de la corruption et du chômage des jeunes qui, bien souvent, annihilent les efforts de développement. «La jeunesse du Centre-Sud sait accompagner les initiatives nobles parmi lesquelles le PNDES qui ambitionne de nous conduire vers des lendemains meilleurs. Et nous allons nous engager à ce que cela soit une réussite», a confié la présidente de la Coordination régionale des jeunes du Centre-Sud, Adèle Yoda/ Kafando. Elle a, ensuite, traduit la disponibilité des mouvements et associations de jeunes à accompagner le gouvernement dans l’atteinte des objectifs poursuivis. A l’issue de la conférence, le Premier ministre, lui, s’est dit très satisfait des échanges au regard de la pertinence des questions soulevées et de la volonté des uns et des autres à accompagner le gouvernement dans sa dynamique. «À en juger la réceptivité du public, des questions, je pense que nous avions été bien compris et nous allons continuer dans ce sens afin de faire savoir à la population où nous partons et ce que nous voulons faire. Au fur et à mesure, les gens commencent à s’approprier le PNDES», a-t-il conclu.

Soumaïla BONKOUNGOU

12:05 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.