topblog Ivoire blogs

2016.10.25

Burkina: Une semaine pour renforcer la citoyenneté à l’école AIB | 25.10.2016 à 00h01 Réagir Burkina: Une semaine pour renforcer la citoyenneté à l’école © DR / Autre Presse Burkina: Une semaine pour renforcer la citoyenneté à l’école Ouagadougou

Burkina: Une semaine pour renforcer la citoyenneté à l’école
© DR / Autre Presse
 
Burkina: Une semaine pour renforcer la citoyenneté à l’école
 
Ouagadougou - Le gouvernement burkinabè a lancé lundi ‘’la semaine scolaire d’éducation à la citoyenneté’’, dans un contexte ou le Burkina Faso a connu de violentes manifestations scolaires en début d’année.


La semaine scolaire d’éducation à la citoyenneté vise à«remobiliser le peuple burkinabè autour des valeurs cardinales de notre société», a déclaré lundi le ministre de l’Education nationale, Jean Martin Coulibaly, lors d’une cérémonie au Lycée Phillipe Zinda Kaboré de Ouagadougou (le plus grand du Burkina Faso).

L’idée de relancer la citoyenneté à l’école, poursuit comme objectif, de recueillir la contribution des acteurs de l’éducation dans la recherche de «ce civisme tant prôné», a ajouté le ministre.

On rappelle qu’en début d’année, de violentes manifestations scolaires ont eu lieu au Burkina Faso.

En mai, trois enseignants du Lycée départemental de Gounghin (25km de Koupéla, Centre-est)) ont vu, leurs mobylettes incendiées par un groupe d’élèves qui protestaient contre l’incapacité de l’administration à organiser des examens blancs.

A Nagaré (extrême Est), des élèves ont déchiré en mars dernier, le drapeau national, attenté à la vie de leurs professeurs et brulé des biens pour protester contre la suspension d’un des leurs.

En février, ce sont des élèves de Diapaga (Est) qui avaient saccagé des infrastructures judiciaires pour exiger la libération d’un des leurs, accusé d’avoir abusé d’une mineure.

«Cet incivisme que nous observons dans notre société, n’est pas du seul ressort des élèves. Si vous regardez dans la rue, dans votre quartier, ou même à la maison vous serez témoins d’un certain nombre d’actes d’incivisme», a nuancé Jean Martin Coulibaly.

Pour le premier adjoint au maire de Ouagadougou, Moussa Belem, «la culture de la paix, la cohésion sociale et la non-violence comme socle d’édification d’un Etat de droit et de démocratie, commande que des initiatives plus rigoureuses soient développer en matière d’éducation et à tous les niveaux».

L’élève Nafissatou Diallo a, pour sa part, invité ses camarades à être tolérants et à accepter les valeurs qui contribuent à avoir de meilleurs résultats scolaires.

«De nos jours, il y a beaucoup d’actes inciviques, il y a le désordre. Mais avec cette semaine, mes camarades et moi pourront prendre conscience de nos actes et essayer d’émerger afin de contribuer au développement», a-t-elle indiqué.

Agence d’Information du Burkina
fo-taa

11:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.