topblog Ivoire blogs

2016.10.31

Bobo-Dioulasso: un atelier pour faire l’état des lieux de la consommation des drogues au Burkina

Faire l’état des lieux de la problématique des drogues au Burkina Faso afin de mieux orienter les luttes. C’est l’objectif de l’atelier organisé à Bobo-Dioulasso les 27 et 28 octobre 2016, par la Maison des associations de lutte contre le SIDA (MAS) à l’endroit d’acteurs de la justice, de la sécurité et de la société civile de la région des Hauts-Bassins. C’était sous la présidence du gouverneur de la région des Hauts-Bassins.

Le présidium à l’ouverture de l’atelier
Le présidium à l’ouverture de l’atelier

«Si l’on se réfère  aux  statistiques des forces de défense et de sécurité, la consommation de la drogue est alarmante au Burkina Faso.  Ce qui est plus inquiétant, c’est que la drogue est présente dans toutes les écoles du pays», a déploré Mariam Zoromé/Dialo, secrétaire permanente du Comité national de la lutte contre la drogue (SP/CNLD), par ailleurs marraine de cet atelier. Selon elle, la lutte contre ce fléau au Burkina Faso nécessite l’implication de tous, notamment des acteurs de la société civile. Cependant, il s’est avéré opportun de mettre celles-ci au même niveau d’information. D’où la tenue de cet atelier pour non seulement faire l’état des lieux de la consommation des drogues au Burkina Faso mais aussi «essayer» d’établir des statistiques fiables qui permettront de mieux orienter les actions de lutte. Il s’agira également au cours de cet atelier, de voir comment organiser les associations pour qu’elles puissent travailler en synergie afin d’aboutir à des résultats probants.

Christine Kafando, président de la MAS a insisté sur la nécessité d’avoir des statistiques fiables afin de bien orienter la lutte
Christine Kafando, président de la MAS a insisté sur la nécessité d’avoir des statistiques fiables afin de bien orienter la lutte

Pendant deux (02) jours, les participants vont donc échanger autour des thèmes comme «l’expérience communautaire en matière de lutte contre la drogue au Burkina Faso», «l’organisation de la lutte contre l’usage problématique de la drogue au Burkina Faso» et «la prise en charge des usagers de drogue en psychiatrie au CHU Sourou Sanou de Bobo-Dioulasso».

Une photo de famille des participants et des responsables de l’association organisatrice de l’atelier
Une photo de famille des participants et des responsables de l’association organisatrice de l’atelier

Rencontre d’échanges et de partage d’expériences,  cet atelier est également un lieu de plaidoyer pour les participants.  «Nous allons faire un  plaidoyer auprès des autorités politiques pour qu’elles essaient d’opérer des réformes en matière de lutte contre la drogue. Notre plaidoyer, c’est de demander à ce qu’on mette en place un dispositif de sensibilisation, de prévention et d’accompagnement des usagers de drogue dans le but de les intégrer dans la société», a indiqué Christine Kafando, présidente de la  Maison des associations. Aussi, ajoute-t-elle, «nous  souhaitons que des engagements soient pris au niveau de l’Etat pour limiter la répression des usagers notamment les femmes et les enfants».

Au terme des travaux, les résultats des échanges devraient contribuer «qualitativement» à donner une nouvelle dynamique à la lutte contre la drogue au Pays des Hommes intègres. Président de la cérémonie, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins a salué la tenue de cet atelier avant d’indiquer que le thème abordé est non seulement d’actualité mais aussi constituerait une préoccupation pour les plus hautes autorités du pays. Ainsi, dit-il, «les résultats sont vivement attendus au plus haut niveau».

Cheick Omar Traoré

12:05 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.