topblog Ivoire blogs

2016.11.05

Travail des enfants : Des observateurs installés et outillés dans la Boucle du Mouhoun

Il s’est tenu du 26 au 28 octobre 2016 à Dédougou, un atelier de formation en faveur des observateurs du système de surveillance du travail des enfants. Au nombre de 26, ils ont été installés officiellement par le gouverneur de la Boucle du Mouhoun.

 
Travail des enfants : Des observateurs installés et outillés dans la Boucle du Mouhoun

Au Burkina Faso, le « travail des enfants » est une réalité. Malgré l’effort fourni par le gouvernement et ses partenaires, le phénomène perdure. Cependant, ce fléau laisse toujours de graves conséquences sur la santé des enfants (déformation de squelette ; intoxication par des produits chimiques ; retard et trouble de croissance ; usure prématurée ; atteinte auditive et oculaire….) que sur leur devenir (privation d’une scolarisation ou d’une formation professionnelle a même d’aider à l’obtention d’un travail décent).

Selon l’enquête nationale sur le travail des enfants (ENTE) réalisée en 2006 au Burkina Faso par l’Institut de la Statistique et de la Démographie (INSD), le phénomène touche 44% des enfants de 5 à 17 ans, soit 1 558 869 travaillent dans plusieurs secteurs d’activités dont celui de l’agriculture vient en premier plan avec 69,2% d’enfants travailleurs. La région de la Boucle du Mouhoun faisant partie du bassin cotonnier, à ce niveau ce sont les enfants qui sont utilisés abusivement.

Au vu de ces conséquences, le ministère en charge du travail et de la protection sociale, avec la collaboration de ses partenaires, affute ses armes pour combattre ce phénomène dans le but de son éradication. Et cela avec l’appui du projet « Reding Child Labor through Education and Service » (R-CLES), le ministère a entrepris la mise en place d’un système de surveillance du travail des enfants (SSTE) au Burkina Faso.

Tenu dans la salle de conférence de l’hôtel bon séjour de Dédougou, ledit atelier avait pour objectif de « Disposer d’observateurs et de points focaux officiellement reconnus et formés ». Pour ce faire, 26 observateurs venus de Bondokuy, Kera et koumana dans la province du Mouhoun ; et de Bagassi, Kaho et Sipohin dans la province des Balés (localités de la région concernée par le système dans sa phase pilote) ont été officiellement installés par le gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun.

Pour une efficacité du Système de Surveillance du Travail des Enfants, (SSTE), le renforcement des capacités de ces membres selon les organisateurs est une nécessité. C’est pourquoi au cours de ce atelier, ils ont été formés sur les concepts liés au travail des enfants ; le remplissage des outils de suivi et de collecte des données et l’initiation aux techniques de rapportage mensuel ; et enfin sur les techniques d’observation et d’identification.

Le gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun S. Justin Somé a toutefois salué la noblesse de cet objectif. « Le taux est élevé et si on ne prend garde, il pourrait aller galopant » a-t-il laissé entendre. Pour lui, le travail que les observateurs vont faire suite à la formation qu’ils vont acquérir, aura un impact positif. Le gouverneur a ensuite assuré de toute sa disponibilité et de celle de ses collaborateurs à accompagner toute action tendant à conférer à l’enfant un mieux-être.

Pour la directrice du projet R-CLES COUNTERPART INTERNATIONAL Christelle Mavalow Kalwoulé, la finalité de cette approche est non seulement de mieux connaitre l’ampleur et les différentes facettes du phénomène, mais également d’aboutir à une meilleure prévention de l’exploitation des enfants par le travail, ainsi qu’à une meilleure identification des filles et garçons victimes de travail. Selon la directrice du projet, ces acteurs communautaires seront entre autres, chargés de surveiller les lieux de travail, notamment les champs de coton et les sites d’orpaillage, afin d’identifier les enfants en situation de travail ou de risque.

 

 

 

A.L.
Lefaso.net

09:10 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.