topblog Ivoire blogs

2016.12.14

Education : L’APEE sensibilise les parents à la prise en charge des enfants souffrant de handicap mental

L’Association des parents et amis d’enfants encéphalopathes (APEE) a organisé ce samedi 10 décembre 2016 une rencontre de sensibilisation des parents d’élèves sur le thème « Promouvoir un climat de tolérance, d’entraide, de compréhension au regard des droits de tout enfant handicapé en général et des enfants déficients intellectuels en particulier » Une séance de sensibilisation qui a réuni de nombreux parents d’élèves et élèves de l’Institut APEE.

 
Education : L’APEE sensibilise les parents à la prise en charge des enfants souffrant de handicap mental

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils étaient nombreux les parents qui ont répondu à l’appel de l’Association des parents et amis d’enfants encéphalopathes (APEE) pour suivre la conférence de sensibilisation organisé à leur intention. S’occupant d’enfants dits « normaux » et d’enfants souffrant d’une déficience intellectuelle, l’APEE promeut l’inclusion dans l’éducation des enfants.

JPEG - 34.4 ko
Mme Yameogo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En raison de leur difficulté d’apprentissage, les enfants souffrant de déficience mentale sont la plupart du temps rejetés par leurs parents, leurs camarades et la société en général. Ils ont ainsi moins de chance d’aller à l’école, mais aussi de s’épanouir en société. A en croire Mme Isabelle Yaméogo, directrice de l’Institut de l’APEE, c’est en vue de permettre aux parents et autres élèves de comprendre que les enfants souffrant de handicap mental ont les mêmes droits que les enfants dits « normaux », que l’APEE a jugé utile d’organiser cette conférence de sensibilisation des parents d’élèves.

Le conférencier Rasmané Diallo est inspecteur de l’enseignement du premier degré en service à la direction de la promotion de l’éducation inclusive des filles et du genre au MENA.

JPEG - 38 ko
Diallo Rasmané

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cours de la conférence, M. Diallo a souligné que plusieurs textes de lois protègent les enfants en situation de handicap. Il a également relevé qu’au Burkina Faso, l’éducation des enfants handicapés est assurée essentiellement par des ONG, que l’Etat appuie.

Puis il est revenu sur le rôle que peut jouer chaque acteur, que ce soit les parents, les élèves et les enseignants pour le bien-être des enfants souffrant de déficience intellectuelle.

Ainsi, en ce qui concerne les élèves, M. Diallo leur demande de s’entraider. Il conseille aux enfants dits « normaux » d’apporter de l’aide à leurs camarades souffrant de déficience afin qu’ils comprennent mieux ce qu’ils apprennent en classe. C’est ce qui est appelé « L’éducation par les pairs ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant aux parents, il leur rappelle que la déficience mentale n’est pas contagieuse et ne doit pas empêcher un enfant d’aller à l’école. Il leur demande donc de sensibiliser les autres parents à envoyer leurs enfants à l’école. Comme il le souligne « Il faut qu’il y ait un changement de mentalité pour qu’on accepte que le handicap n’est pas une fatalité, ça peut arriver à tout le monde. C’est donc une occasion pour eux d’aller expliquer aux autres parents d’accepter que ces enfants soient traités comme les autres. »

Aux enseignants, le conférencier leur demande de la tolérance, de la flexibilité et de la compréhension à l‘égard des enfants déficients mentaux et l’acceptation de leur handicap afin de les mettre sur le même pied que les autres.

La directrice de l’APEE quant à elle rappelé « Que tant que le milieu dans lequel vit l’enfant déficient mental ne va pas l’accepter dans sa différence, la prise en charge est vouée à l’échec. » Il convient donc que l’entourage de l’enfant déficient mental soit tolérant à son égard et l’accompagne au quotidien, sans pour autant être « trop protecteur ».

JPEG - 47.7 ko
Mme Zagré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Mme Oumou Zagré, chef de la circonscription de l’éducation de base de Ouaga 7, présente à la conférence de sensibilisation « C’est une bonne initiative de la part de l’APEE. L’éducation des enfants de façon générale est l’affaire de tout le monde, en particulier l’éducation des enfants en situation de handicap. Pour que ceux-ci puissent s’insérer dans la vie sociale, il faut qu’ils vivent dans un environnement où on les comprend, où les aide et où on les accompagne. »

En rappel l’APEE a été créé en 1988. L’Institut (école) de l’APEE a quant à lui été ouvert en 1991 avec une quinzaine d’enfants souffrant de déficience mentale. A ce jour l’Institut compte 503 élèves dont 172 enfants ayant un handicap mental.

La conférence de sensibilisation a aussi été l’occasion pour la directrice de remercier la Fondation Liliane et l’Etat qui apportent un soutien à l’APEE.

Justine Bonkoungou (Satgiaire)
Lefaso.net

10:52 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.