topblog Ivoire blogs

2017.01.30

Le HCRUN face aux familles des martyrs de l’insurrection

Le HCRUN face aux familles des martyrs de l’insurrection

Le HCRUN face aux familles des martyrs de l’insurrection
© DR / Autre Presse
 
Le HCRUN face aux familles des martyrs de l’insurrection
 
Le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) a rencontré, le jeudi 26 janvier 2017, les blessés et parents des victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

Après les travailleurs déflatés, les militaires et policiers radiés et les familles des victimes du coup d’Etat de septembre 2015, les blessés et parents de victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 étaient face au Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) hier jeudi 26 janvier 2017. Selon le porte-parole du HCRUN, Jérôme Compaoré, cette rencontre constitue une étape importante dans la recherche de la vérité. «Elle va contribuer à une meilleure analyse des facettes du dossier. La justice et la vérité seront au cœur de l’investigation de cette haute institution. Lesquelles contribueront à panser les cœurs meurtris et garantiront la non-répétition des crimes en politique», a-t-il indiqué dans son mot introductif. Après une heure d’échanges à huis clos, les deux parties ont observé une pause. «Dans un premier temps ils nous ont fait le point des mesures prises par le gouvernement en leur faveur notamment en matière de santé, de décorations et d’honneur à la mémoire des disparus. Un bilan qui reste en deçà de leur satisfaction au regard de nombreuses personnes qui continuent de trainer des blessures graves dont certaines nécessitent une évacuation», a confié le président du HCRUN, Benoît Kambou. Pour lui, ce sont autant d’informations de première main qui permettront à son institution de mieux s’imprégner du dossier et faire des propositions à même de soulager les familles et faciliter la réconciliation tant espérée. Le porte-parole des familles, le président de l’Union des familles des martyrs de l’insurrection, Victor K. Pouaoulabou, a salué la démarche du Haut conseil avant de pointer du doigt la lenteur dans la conduite des dossiers de crimes de leurs proches. «Depuis les événements de fin octobre 2014, les dossiers sont restés pendants jusqu’aujourd’hui alors que nous avons plein de veuves et d’orphelins qui attendent que la lumière se fasse sur les circonstances de la mort de leurs proches», a-t-il déclaré. Celui-ci a profité de l’occasion pour demander au HCRUN de les aider à faire bouger les lignes à la justice, un préalable à la réconciliation et l’unité nationale. Pour l’un des blessés, Bali Nebon Constant Bassolet, qui dit trainer toujours des balles dans le corps, leur (les blessés) situation frise le drame. «J’ai un bras inactif depuis trois ans et des morceaux de balles dans l’abdomen et j’en souffre terriblement», a-t-il laissé entendre, la mort dans l’âme. Benoît Kambou a promis de rendre compte aux autorités afin que des mesures urgentes soient prises en leur faveur.

Beyon Romain NEBIE
nbeynromain@yahoo.fr

20:23 Publié dans ACTUALITE SOCIALE DU BF | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.