topblog Ivoire blogs

2017.12.26

Lutte contre le mariage des enfants: ADEP plaide pour l’instauration de l’âge légal minimum du mariage à 18 ans sans exception

Lutte contre le mariage des enfants: ADEP plaide pour l’instauration de l’âge légal minimum du mariage à 18 ans sans exception

Les organisations partenaires de l’ONG Kinderpostzegels au Burkina Faso ont adressé un message de plaidoyer à l’endroit du ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique ce jeudi 21 décembre 2017 à Ouagadougou. Il s’agit pour ces organisations, de plaider pour l’instauration de l’âge légal minimum du mariage à 18 sans exception au Burkina.

Selon l’enquête démographique et de santé de 2012, l’âge de mariage est de plus en plus précoce au Burkina soit 10% avant 15 ans et 53% avant 18 ans. C’est fort de ce constat, que l’Organisation Non Gouvernementale Kinderpostzegels à travers l’Association D’appui et Eveil Pugsada (ADEP), veux prendre le taureau par les cornes. C’est en cela que ce jeudi 21 décembre 2017, elle a initié une rencontre avec le ministre en charge de la Justice pour lui donner un message de plaidoyer de l’ensemble des associations soutenues par l’ONG, afin d’accélérer la relecture du code des personnes et de la famille.

Selon la Directrice exécutive de l’ADEP, Hortense Lougué Kaboré, les mariages d’enfants ont un effet négatif sur les économies et favorisent la reconduction d’un cycle intergénérationnel de pauvreté. Si rien n’est fait, poursuit-elle, le nombre de filles et de femmes mariées dans le monde, alors qu’elles n’étaient que des enfants, va grimper à prés d’un milliard en 2030.

C’est pourquoi la communauté internationale s’est fermement engagée pour mettre fin à ce fléau en faisant de cette question une cible des objectifs de développement Durable. Le Burkina Faso, en à croire Mme Lougué, le gouvernement a fait des efforts pour en finir avec le mariage des enfants. De l’adoption d’une stratégie de prévention et d’élimination à l’adoption d’un décret portant création, attribution, composition et fonctionnement d’une plateforme multisectorielle de prévention et d’élimination du mariage des enfants, en passant par l’adoption d’une loi portant répression et réparation des violences à l’égard des femmes et des filles, sont entres autres, les efforts consentis par le gouvernement.

Mais l’arbre ne doit pas cacher la foret dit-on. Car d’après la Directrice exécutive de l’ADEP, le dispositif juridique burkinabè en matière de lutte contre les mariages d’enfants est toujours à la traine et comporte des limites qui doivent être améliorées pour plus d’efficacité. Comme exemple, Mme Lougué laisse entendre qu’au plan international et régional, toutes les conventions qui luttent contre ce fléau, fixent l’âge du mariage à 18 pour tous les sexes, alors que le code pénal burkinabè le fixe à 17 ans pour la fille et 20 pour le garçon et le code des personnes et des familles compte l’amener à 15 ans en cas de nécessité. L’ADEP appelle donc de vive voix l’instauration d’un âge légal minimum du mariage à 18 ans sans exception au Burkina Faso.

Pour Manly Dieudonné Désiré, Conseiller technique du ministère de la Justice, Représentant du ministre, le crie de cœur de l’ADEP a été entendu. « Nous sommes très sensible à votre doléance », s’exclame-t-il. M. Manly déclare que le code des personnes et de la famille, ainsi que le code judiciaire et celui de pénal seront tous révisés pour être en adéquation les conventions internationales et régionales. « Cela avance d’ailleurs, il n y a pas de blocage, bientôt ces textes seront en conseil de ministre et d’ici la dernière session de janvier 2018, elles seront à l’hémicycle », conclut-il.

En  rappel, La coalition nationale de la société civile contre le mariage des enfants est coordonnée par l’Association Pugsada. Elle est née en 2013 dans le but de créer une synergie d’intervention en faveur des jeunes filles et soutenir le gouvernement dans le développement de la stratégie nationale afin de mettre fin au mariage des enfants au Burkina.

 https://www.faso-actu.net

 

Les commentaires sont fermés.