topblog Ivoire blogs

2017.12.28

LE SUICIDE Étude de sociologie partie (1.2.3)

LIVRE III: DU SUICIDE COMME PHÉNOMÈNE SOCIAL
EN GÉNÉRAL
CHAPITRE I : L'ÉLÉMENT SOCIAL DU SUICIDE
I. Résultats de ce qui précède. Absence de relations entre le taux des suicides et les phénomènes cosmiques ou biologiques. Rapports définis avec les faits sociaux. Le taux social correspond donc à un penchant collectif de la société.
II. La constance et l'individualité de ce taux ne peut pas S'expliquer autrement. Théorie de Quételet pour en rendre compte : l'homme moyen. Réfutation : la régularité des données statistiques se retrouve même dans des faits qui sont en dehors de la moyenne. Nécessité d'admettre une force ou un groupe de forces collectives dont le
taux social des suicides exprime l'intensité
III. Ce qu'il faut entendre par cette force collective : c'est une réalité extérieure et supérieure à l'individu. Exposé et examen des objections faites à cette conception :
1º Objection d'après laquelle un fait social ne peut se transmettre que par traditions
inter-individuelles. Réponse : le taux des suicides ne peut se transmettre ainsi.
2º Objection d'après laquelle l'individu est tout le réel de la société.

Réponse : a)
Comment des choses matérielles, extérieures aux individus, sont érigées en faits sociaux et jouent en cette qualité un rôle sui generis; b) Les faits sociaux qui ne s'objectivent pas sous cette forme débordent chaque conscience individuelle. Ils ont pour substrat l'agrégat formé par les consciences individuelles réunies en société.
Que cette conception n'a rien d'ontologique.

Téléchargement: EMILE DURKHEIM.rar

Dezziper avec winrar 

Écrire un commentaire