topblog Ivoire blogs

2017.12.11

Lutte contre le mariage d’enfants au Burkina: la CONAMEM forme les hommes de média

Lutte contre le mariage d’enfants au Burkina: la CONAMEM forme les hommes de média

La Coalition nationale contre le mariage d’enfants au Burkina (CONAMEB), avec le soutien de l’UNICEF a animé un point de presse ce vendredi 24 novembre 2017 à Ouagadougou. Ce point de presse, qui s’est tenu au lendemain d’un atelier d’information au profit des hommes de médias sur la problématique les 22 et 23 novembre, vise à renforcer les capacités de la presse pour une contribution efficace dans la lutte contre la pratique du mariage d’enfants au Burkina.

Le présidium lors de la conférence de presse

Au Burkina Faso, le mariage d’enfants menace de nombreuses filles scolarisées ou non scolarisées. Ce phénomène est endémique dans tout le pays et particulièrement dans les zones rurales à savoir le Sahel (76 %), l’Est (72%), le Centre-Nord (62%), les Cascades (60%) et la Boucle du Mouhoun (57%). Parmi les 10 pays africains les plus touchés par ce phénomène, le Burkina Faso occupe la 6ème place dont 10% des femmes ont été mariées avant l’âge de 18 ans.

Les journalistes présents à la conférence de presse

La CONAMEB, qui a vu le jour en novembre 2013, est un regroupement d’organisations de la société civile légalement reconnues intervenant dans le domaine des droits humains en général et en particulier ceux des femmes, des filles et des enfants. Sa principale mission est d’œuvrer à l’élimination du mariage d’enfants au Burkina Faso en luttant pour l’effectivité des droits de l’enfant à travers l’influence des politiques et la mobilisation de la diversité des acteurs au plan national et international.

Madame Lougué Hortense, directrice générale de l’Association d’appui et d’éveil Pougsada; par ailleurs coordonnatrice de la CONAMEB

Face à cette situation qui interpelle, la Coalition, en partenariat avec l’UNICEF, veut contribuer à l’élimination de cette pratique néfaste qu’est le mariage d’enfants. C’est pourquoi, des actions fortes pour mobiliser les différents acteurs, notamment les médias, les décideurs et les communautés s’avèrent nécessaires.Dans le cadre de ses activité d’accompagnement de l’Etat, la CONAMEB a initié quatre (4) activités dont une formation des hommes de médias qui s’est tenue les 22 et 23 novembre 2017 afin de donner une large information sur la problématique.

Pour Madame Lougué Hortense, Directrice générale de l’Association d’appui et d’éveil Pougsada, par ailleurs coordonnatrice de la CONAMEB, il est prévu un atelier de formation des organisations membres sur les techniques de plaidoyer et un plaidoyer de haut niveau en direction de l’Assemblée nationale pour accélérer l’adoption du Code des personnes et de la famille en révision qui fixerait l’âge légal du mariage à 18 ans pour les garçons ainsi que pour les filles .

Omar Idogo(lesechosdufaso)

L’escroquerie sentimentale: une autre réalité sociale

L’escroquerie sentimentale: une autre réalité sociale

Le mariage repose principalement sur l’échange des consentements au moment de sa célébration. Il s’agit de deux personnes (homme et femme) qui décident de convoler en noce par amour mutuel. Objectif, se prendre pour mari et femme, avec la ferme volonté de partager une vie de couple. Mais il arrive que l’une des personnes trompe l’autre sur ses sentiments amoureux réels.

Il s’agit d’une dissimulation de sentiment, d’un abus de l’autre, d’une escroquerie sentimentale…

De plus en plus de gens s’adonnent à cette pratique à cœur joie, peu importe la déception que ce comportement ignominieux crée chez leur partenaire. Une cruauté qui peut pourtant blesser toute une vie entière.

Mais que faire quand ce faux jeu de sentiments entache votre mariage?

Qu’il est cruel de se sentir floué en sentiment

L’homme est ondoyant et divers, dit-on. Aussi, il arrive que par intérêt égoïste bien calculé et parce qu’elle veut exploiter la situation financière ou sociale de son futur conjoint, une personne se prétend amoureuse et sincère.

Dans un contexte social marqué par le chômage, l’individualisme et la hargne de réussir à tout prix, flouer, décevoir et trahir les autres sont devenus, malheureusement, des comportements quotidiens. Toute chose qui ne manque pas de susciter des déceptions sentimentales parfois extrêmes à même de pousser à la paranoïa, à la folie ou au suicide.

Ces unions frauduleuses doivent être dénoncées et enrayées. Mais dans nos sociétés de droit, de liberté et de suffisance, quand deux personnes sont amoureuses, elles n’écoutent plus, n’entendent plus et n’acceptent pas les conseils des amis et des proches. Elles manquent cruellement de discernement. «Jupiter ne rend-il pas fou et amoureux ceux qu’il veut perdre?»

C’est pourquoi d’ailleurs être victime d’une escroquerie sentimentale ne relève en aucun cas de la responsabilité de M. le maire ou de ses adjuvants. Contracter puis signer un acte de mariage relève de la seule volonté des personnes à s’unir avec les personnes de leur choix.

La responsabilité de l’officier l’état-civil (le maire ou son adjoint) peut être engagée uniquement si des mentions obligatoires n’apparaissent pas dans l’acte de mariage.

Ainsi, s’il y a escroquerie au mariage, cela relève uniquement de la compétence de la justice. Et il vous revient de prouver qu’il y a escroquerie en la matière. Un exercice périlleux et difficile.

La procédure en annulation de mariage est-elle la panacée?

Il est difficile sinon indécent de conseiller une personne de divorcer. Mais lorsqu’on est grugé, il apparaît normal de se battre pour réparer le préjudice subi. Au-delà de la longue procédure à laquelle il faut consentir pour annuler un mariage, il faut de réelles raisons et surtout beaucoup de preuves.

Ceci étant, lorsqu’on se rend compte qu’un partenaire s’est payé notre naïveté parce qu’il est un escroc ou un manipulateur, la priorité est à la séparation afin de se reconstruire et de retrouver la sérénité. Car comme dit le dit si bien l’adage, «il vaut mieux vivre seul, que d’être mal accompagné». Ce qui ne signifie pas vengeance et haine qui sont de mauvaises conseillères.

En attendant, avant de s’engager à vivre toute la vie avec une personne, il faut toujours ouvrir l’œil et le bon et surtout, écouter humblement les conseils de ceux qui vous aiment vraiment: papa et maman.

Théophile MONE (lesechosdufaso)