topblog Ivoire blogs

2017.01.23

« Le Burkina Faso est un pays très important pour nous », déclare le président de SOS Sahel international France, Monsieur Philippe LECOMTE

pf1

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a reçu en audience une délégation de l’ONG SOS Sahel conduite par le président de SOS Sahel international France, Monsieur Philippe LECOMTE, dans l’après-midi du vendredi 20 janvier 2017.

A sa sortie d’audience, Monsieur LECOMTE a dit avoir échangé « longuement » avec le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE sur l’impact des actions de SOS Sahel international Burkina Faso, particulièrement sur l’aspect sécurité alimentaire. « Nous comptons lutter pour la sécurité alimentaire avec un achèvement en 2025, notamment dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES) », a-t-il confié.

Monsieur Philippe LECOMTE a expliqué que pour le chef de l’Etat burkinabè, c’est une mission importante parce que l’ONG peut aider les populations locales, en ce sens qu’elle « travaille essentiellement avec les associations locales ».

Selon lui, SOS Sahel a investi en 2016, cinq milliards de francs CFA au Burkina Faso. « Le Burkina Faso est un pays très important pour nous. Nous employons aujourd’hui 120 personnes sur le territoire. L’ONG locale du Burkina est une antenne régionale qui opère non seulement au Burkina Faso, mais aussi dans toute l’Afrique de l’Ouest », a déclaré le président de SOS Sahel international France.

Il a expliqué que les acquis de l’ONG au Burkina sont nombreux : « Nous avons construit des périmètres maraîchers, des barrages, des latrines, des forages, etc. a-t-il dit avant d’ajouter que ce qui est important pour l’ONG, c’est l’impact à long terme » de ces réalisations. « Il ne s’agit pas de construire un puits mais comment va s’intégrer ce puits autour d’une activité ou autour d’une filière économique », a fait remarquer Monsieur LECOMTE. Pour avoir un impact meilleur, il faut que les populations « s’attribuent le projet », a indiqué le premier responsable de SOS Sahel international France.

L’ONG SOS Sahel international France, créée sous l’initiative du Président SENGHOR en 1976 au Sénégal fête ses quarante années d’existence a rappelé son président.

 

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Projets filets sociaux : une nouvelle affaire de détournement orchestrée par l’équipe Ganou en fin de mission

Un vent de changement souffle sur le projet filets sociaux Burkin-Naong-Sa Ya.as. Des lettres de remerciement ont été remises aux principaux dirigeants de la structure, courant le mois de décembre 2016. filets sociaux

Il s’agit de la coordinatrice du projet Cyrille Ganou, du spécialiste de la gestion financière Yacouba Daho, du chargé de la communication, Jean Bernard Zongo, du chargé du système informatique et de gestion, Adama Ganou, du chargé des relations avec les partenaires, Jacques Batoro.

On ne comprend pas le remerciement d’autant de personnes. Mais, une source digne de foi atteste que la banque mondiale, principal bailleurs de fonds, avait suspendu son financement. Perturbant ainsi le processus de distribution des allocations familiales, 30 000 F CFA ou 40 000 F CFA, prévue pour la fin du mois de septembre dernier et le versement des salaires des agents qui ont cumulé trois mois d’arriérés.

Cette passe était alimentée par des suspicions tendant à croire que la coordonatrice du projet est auteure de malversations financières, de gestion népotiste. Pour ne rien arranger, un incendie dans une partie du bâtiment abritant le siège du programme avait apporté de l’eau au moulin de certaines langues qui estimaient que le drame avait été simulé pour faire disparaitre des preuves.

Qu’à cela ne tienne, le problème, c’est que les dirigeants ne semblent pas avoir pris la mesure de la situation. Une source dans les secrets des dieux avance que les responsables du projet, sachant que leurs jours étaient comptés à la tête du projet, ont entamé d’organiser le pillage des ressources, en l’occurrence « la contrepartie nationale ». A en croire cette source, ils ont octroyé par un tour de passe-passe des bons d’essence à des travailleurs de bureau en fin de contrat au titre de l’année 2017, avec la bénédiction du président du comité de pilotage, qui plus est le secrétaire général du ministère en charge de la femme, de la solidarité nationale et de la famille. Reste à savoir si ledit comité n’en a pas profité ? Tout compte fait, en auraient bénéficié également le personnel de soutien, entre autres, secrétaires et gardiens. Et l’un d’entre eux a confessé avoir empoché la coquette somme de 1 200 000 francs CFA pour toute l’année. Imaginons les sommes que se taillent les responsables du projet en fin de contrat ? Deux millions, trois millions, quatre millions ?

Le véritable problème, c’est que tous les heureux bénéficiaires sont des agents de bureau ; cela suppose qu’ils n’avaient en réalité pas besoin de ces bons de carburant. Et ce qui choque, c’est que les agents de terrain ont été oubliés dans le partage du « fameux gâteau ». Ils n’ont rien reçu. C’est ainsi, apprend-on, qu’ils sont montés au créneau pour rencontrer les autorités compétentes pour comprendre et revendiquer ce que de droit. Affaire à suivre !

Anderson Koné
Burkina Demain