topblog Ivoire blogs

2016.12.04

Burkina: forte baisse du taux de prévalence au VIH/Sida

 

 
Burkina: forte baisse du taux de prévalence au VIH/Sida
© DR / Autre Presse
 
Burkina: forte baisse du taux de prévalence au VIH/Sida
 
Ouagadougou - Le taux de prévalence au Sida au Burkina Faso, en l’espace de 30 ans (entre 1986 et 2016), est passé de 7% à 0,90%, a-t-on appris à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre le Sida, commémorée ce jeudi.


Malgré cette baisse considérable du taux de prévalence, les acteurs comptent maintenir le cap de la lutte à travers, entre autres, la sensibilisation et la mise à disponibilité des Antirétroviraux (ARV).

Pour le président du conseil d’administration du Réseau africain jeunesse, santé et développement au Burkina Faso (RAJS/BF), Bagnomboé Bakiono, l’actuel taux de prévalence est toujours inquiétant.

«Si on prend le taux de prévalence national qui est de 0,9% et qu’on le rapporte aux 18 millions de Burkinabè, on se rend compte que c’est un nombre considérable de gens qui sont encore concernés encore par le VIH», a-t-il déclaré dans un journal de la place.

Au Burkina Faso, le premier cas du Sida a été détecté en 1986 et cela fait donc 30 ans que les acteurs mènent le combat. La lutte est menée par plusieurs acteurs sous la coordination du Conseil national de lutte contre le sida et les IST (CNLS-IST).

Chaque 1er décembre est célébré la journée mondiale de la lutte contre le Sida.

Cette année, la journée est commémorée au Burkina Faso sous le thème: «30 ans de Sida au Burkina Faso : enseignements et perspectives».

Le point focal de la commémoration est à Nouna, localité de la région de la Boucle du Mouhoun, située à plus de 300 km, au nord-ouest de Ouagadougou.

ALK/cat/APA

Fada N’Gourma a célébré la 29è journée mondiale de lutte contre le SIDA

A l’instar de la communauté internationale, la Région de l’Est du Burkina a célébré la 29e journée mondiale de lutte contre le sida (JMS)2016. C’était ce jeudi 1er décembre 2016 à la place de martyrs de Fada N’Gourma, chef lieu de la région.

 
Fada N’Gourma a célébré la 29è journée mondiale de lutte contre le SIDA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce jeudi 1e décembre 2016, a été commémorée la 29e journée mondiale de lutte contre le sida 2016. Le thème de cette 30è année de lutte : “Agir pour mettre fin au sida, accroître les services de conseil, de dépistage et l’accès au traitement des antirétroviroaux (ARV).

Le colonel Ousmane Traoré Gouverneur de la région de l’Est, d’autres autorités administratives, notamment Dr salif sankara Directeur régional de la santé de l’Est, le représentant régional du Comité national de lutte contre le SIDA pour a région de l’Est, des coutumiers, des élèves agents de santé, des élèves maitres, de acteurs de la société civile, le representant des personnes infectées et affectées Albert Nassouri, ils étaient nombreux à cette cérémonie de commémoration.

Cette cérémonie de célébration commémorative a été marquée par des discours, des visites de stands d’expositions, le dépistage volontaire et anonyme et de l’animation musicale sur toute la journée. Le gouverneur a, dans son discours, demandé “une minute de silence pour la memoire des personnes disparues du fait de cette pandemie et a rappelé que la célébration de cette année se déroule avec un espoir renouvelé, grâce à l’action resolue des militants, aux efforts inlassables des professionnels de la santé, aux prises de position fermes des défenseurs des droits de l’homme et le courage des personnes touchées et de leurs familles qui ont tous uni leurs forces pour mieux combattre la maladie”.

Déjà au Burkina Faso et particulièrement dans la région du Nord, l’on peut se rejouir des résultats significatifs atteints, foi des autorités régionales. Il convient en effet de relever la baisse considérable de la prévalence du VIH qui était selon les chiffres de la sérosurveillance de 2014 à 0,4%, contre 0,7% en 2011 ; le renforcement du traitement par les ARV qui a atteint en 2014 le chiffre de 607 personnes sur une file active de 1655 personnes, l’extension du programme de prevention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant à toutes les formations sanitaires de la région depuis l’année 2010, et l’élévation du taux d’adhésion des femmes à ce programme qui est passé de 68,94% en 2012 à 82,6% en 2015.

Soumaila Sana, Fada
Lefaso.net