topblog Ivoire blogs

2019.09.05

Stratégie nationale de la protection de l’enfant : Des journalistes et communicateurs outillés

 
Stratégie nationale de la protection de l’enfant : Des journalistes et communicateurs outillés

Dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux enfants, le Secrétariat permanent du Conseil national pour l’enfance (SP/CNE) a échangé, ce jeudi 29 août 2019 à Ouagadougou, avec des journalistes et communicateurs. Objectif, leur présenter les nouvelles orientations relatives à la protection de l’enfant au Burkina Faso. La cérémonie a été présidée par le directeur de cabinet du ministère en charge de la Famille, Pierre Nikiema.

Après l’atelier national de validation de la nouvelle Stratégie nationale de la protection de l’enfant (SNPE) tenu le 2 août dernier, des journalistes et communicateurs ont été informés des orientations afin de contribuer à sa diffusion. C’était à la faveur d’un atelier organisé ce 29 août 2019 à Ouagadougou. Selon le directeur de cabinet du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Pierre Nikiema, qui a présidé la cérémonie, le choix des hommes de média et des directeurs de la communication et de la presse ministérielle de quelques ministères pour participer à la présente rencontre est lié au rôle déterminant qu’ils jouent dans la communication de masse, l’information publique et la sensibilisation.

Ce qui fait d’eux, dit-il, un maillon essentiel dans la diffusion de la SNPE et dans la lutte contre les violences à travers les divers reportages et émissions. « Le but de cet atelier est, entre autres, de vous informer de l’ampleur des violences faites aux enfants, partager avec vous le contenu de la SNPE et ses différents axes stratégiques et requérir votre implication dans les activités d’information et de communication y relatives », a-t-il dit aux journalistes et communicateurs.

Adama Sonda, Secrétaire permanent du conseil national pour l’enfance

Et le secrétaire permanent du Conseil national pour l’enfance, Adama Sondé, d’ajouter que cet atelier a permis d’avoir des propositions concrètes pour une bonne diffusion de ce document qui va contribuer à réduire de façon conséquente la prévalence des violences faites aux enfants au Burkina. Car, selon lui, une étude menée en 2018 a montré qu’il y a plus de 15% de prévalence de violences faites aux enfants au Burkina Faso ; 65,7% des familles génèrent des violences à l’encontre des enfants ; 3, 1% des enfants ont connu une expérience de violence sexuelle et 94 % des parents sont des auteurs de ces violences.

Journalistes et communicateurs s’informent sur les orientations de la nouvelle stratégie nationale de la protection de l’enfant

« C’est pourquoi, après avoir rencontré les services techniques, nous avons souhaité rencontrer les hommes de média afin qu’ils s’approprient la nouvelle stratégie et fassent des propositions pour une meilleure diffusion », a-t-il justifié, précisant que pour cette nouvelle stratégie (2019-2023), un premier plan d’action triennal (2019-2021) a été élaboré, d’un coût global de plus de 135 milliards de F CFA dont 9 milliards déjà enregistrés et plus de 126 milliards à rechercher.

Yvette Zongo
Lefaso.net


Présentation du plan d’action triennal de la SNPE

Le plan d’action triennal s’articule autour de quatre axes stratégiques de la SNPE, se déclinant en 22 actions prioritaires et 212 activités reparties en fonction des axes.
Axe stratégique 1 : Prévention de la vulnérabilité des enfants et de toute forme de violence, de maltraitance, d’exportation et d’abus à leur égard.
Axe stratégique 2 : Amélioration de l’accès des enfants victimes ou à risque de toute forme de violence, de maltraitance, d’exploitation ou d’abus aux structures de prise en charge et à des prestations de qualité

Axe stratégique 3 : Renforcement des compétences des acteurs de la protection de l’enfant et des capacités des parents, des enfants et de la communauté
Axe stratégique 4 : Amélioration du pilotage, de la coordination et du suivi évaluation des actions de protection de l’enfant
Source : Termes de référence

2019.08.19

Ouagadougou : ces dépotoirs d’ordures qui ne choquent plus

Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. « Ouaga la belle » comme on la surnomme. Belle? La nuit peut-être. En dehors de quelques quartiers class et propres, il n’est pas rare de voir de gros tas d’immondices côtoyer les ouagalais, qui du reste semblent être « vaccinés » contre les mauvaises odeurs, les mouches et l’horreur visuelle qu’offre l’insalubrité.

« On est dans ça y a longtemps » disent certains. « La mairie ne fait rien » rétorque d’autres? Mais nous sommes tous responsables. pourquoi ces ordures qui jonchent même nos hôpitaux ne choquent plus? L’habitude sans doute. Mais s’il y a une seule chose contre la quelle personne n’est vacciné, c’est bien le risque de mort.

 

 

Vidéo: Frédéric KAMBOU (Infowakat.net)

Infowakat.net