topblog Ivoire blogs

2019.02.19

Forum sur l’autonomisation et la responsabilisation des femmes : « Ma réputation m’est chère, mais la cause de la femme m’est encore plus chère », Alassane Bala Sakandé

 Forum sur l’autonomisation et la responsabilisation des femmes : « Ma réputation m’est chère, mais la cause de la femme m’est encore plus chère », Alassane Bala Sakandé

Le forum national des femmes s’est ouvert à Ouagadougou, le samedi 16 Février 2019. Plusieurs centaines de femmes issues des treize régions du Burkina Faso ont fait le déplacement. Elles vont se pencher sur la problématique « autonomisation et responsabilisation des femmes burkinabè ». Une initiative de l’Assemblée nationale.

Les femmes ont fait massivement le déplacement du Palais de sports, à Ouagadougou, ce samedi, pour répondre à l’appel de l’Assemblée nationale. A l’ouverture de la cérémonie, le maire de la ville de Ouagadougou , Armand Pierre Béouindé, a déclaré que les élus communaux étaient « favorables aux initiatives des femmes ». Il a exprimé son adhésion aux politiques tendant à « responsabiliser et autonomiser les femmes de sa commune ».

Une position qui a recueilli l’aval de la députée Elise Foniyama Thiombiano, présidente du comité d’organisation dudit forum. Dans son discours, elle était revenue sur la triste condition des femmes dans la sphère socioprofessionnelle et salariale : « les femmes sont sous-représentées ». Aussi, a-t-elle invité les femmes à « se lever pour mériter les places, à travers des actions courageuses et laborieuses ». En tant que députée, elle a félicité son institution pour sa contribution pour la responsabilisation des femmes dans la sphère parlementaire.

Patron de la cérémonie, Alassane Bala Sakandé s’est offert un bain de foule avant de rappeler que toutes les sensibilités régionales, politiques et socioprofessionnelles étaient représentées au forum. Une marque de la volonté de tous « d’aller vers une aube nouvelle de la femme au Burkina ».

Selon ses propos, les partis politiques devraient réfléchir « sur la proposition de l’érection d’un siège de député par province exclusivement dédié à la femme ». Ce qui permettra d’avoir au minimum 45 femmes parlementaires, outre les 30°/° réservés comme quota des femmes aux postes parlementaires. Une question sur laquelle il entend s’atteler au sein de son institution tout au long de sa mandature.

Entre autres déclarations fortes, il a laissé entendre : « Ma réputation m’est chère, mais la cause de la femme m’est encore plus chère ». Une idée pour laquelle, il est resté ferme, en en faisant même un « combat politique » pour les prochaines années. Il s’est également opposé aux critiques faisant de lui un « populiste ».

Les participantes ont trois jours pour partager leurs expériences sur l’autonomisation et la responsabilisation des femmes dans le contexte d’insécurité au Burkina Faso. Egalement, les problématiques telles que l’autonomisation économique et financière de la femme, l’autonomisation sociale et culturelle de la femme et la problématique de la prise en compte de l’autonomisation feront l’objet de débats.

Edouard Samboé
samboeedouard@gmail.com

LEFASO.NET

Drame de Yirgou : Plan international Burkina vole au secours des personnes déplacées

Drame de Yirgou : Plan international Burkina vole au secours des personnes déplacées

Cinquante-deux millions (52 255 000) CFA, c’est l’enveloppe humanitaire de Plan international Burkina apporté aux personnes internes déplacées des sites de Barsalogho et de Foubè, ce vendredi 25 janvier 2019. Ce soutien de Plan international Burkina composé de kits d’urgence a pour objectif de soutenir les populations affectées, à renforcer leur résilience et rassurer son engagement à concourir pour la cause de l’enfant, en particulier la jeune fille. Par ce don, Plan international veut contribuer à amoindrir le choc et offrir le bonheur aux enfants et à leurs familles.

Trente millions de francs CFA, c’est la valeur des kits d’urgence composés de cartons de savon, de sardine, de nattes, de bouilloires et autres produits de première nécessité. Vingt millions de francs CFA pour les activités d’éducation, de protection et de suivi pour une période de six mois, tels sont les dons apportés par Plan international Burkina aux déplacés de Barsalogho et de Foube.

Intervenant dans plusieurs domaines pour soutenir, l’effort de développement communautaire, l’humanitaire occupe une place de choix pour Plan international. C’est dans ce contexte que suite aux évènements malheureux de Yirgou, Plan international s’est engagé à contribuer à l’épanouissement des personnes affectées en particulier les enfants à travers un programme d’activités sur les deux sites d’accueil. Les kits d’urgences seront répartis sur les deux sites afin de leur permettre de retrouver un tant soit peu le confort.

Des enfants lors de la cérémonie

Capitalisant une forte expérience dans de telle circonstance, Plan international a mis en place un paquet technique d’accompagnement qui touche presque tous les domaines sur les deux sites. L’éducation, la santé, la protection de l’enfant, la sécurité des ménages, l’eau, l’hygiène et l’assainissement sont prises en compte sur les deux sites par Plan international afin d’apporter une réponse efficace aux préoccupations des personnes déplacées.

Pour le directeur résidant de Plan international Burkina, Yaouba Kaigama, « dans une situation pareille, Plan international est toujours mobilisé pour jouer son rôle d’accompagnement. Cette situation touche en particulier les enfants. C’est ainsi que, plan international veut mobiliser les ressources pour leur venir en aide et leur permettre de surmonter ces épreuves. Et être du côté du gouvernement pour que ces populations puissent regagner petit à petit leur habitation dans la paix et retrouver la joie de vivre ».

Remise de don

Cet accompagnement est une assurance aux personnes déplacées des deux sites de plan international et surtout montre la volonté de son engagement pour la cause de l’enfant. « Nous remercions plan international pour le don et leur demandons à œuvrer pour la paix afin de nous permettre de retrouver nos maisons et nos biens » a confié la représentante des bénéficiaires Salimata Dicko.

Représentante des bénéficiares

En plus d’autres projets de soutien verront le jour au profit des personnes déplacées internes afin de leur d’apporter la résilience. Plan international Burkina exprime toute sa disponibilité d’accompagner le gouvernement pour soutenir les personnes déplacées. « Nous pouvons que saluer cette chaine de solidarité manifestée par les partenaires au développement suite à ces éléments malheureux qui a secoué notre province » a signifié le représentant du gouverneur de la région du centre-Nord, Patrice Sorgho.

Directeur Plan International

Présent depuis 1976, plan international s’investit pour le développement communautaire dans les zones les plus défavorisées. Plan international défend la cause des enfants et surtout les filles pour leur plein épanouissement dans les situations normales que dans les situations troubles.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net