topblog Ivoire blogs

2018.02.04

Appel sur l’égalité, l’équité du genre et la sécurité des femmes journalistes au Burkina Faso

Considérant la situation (de vulnérabilité) des femmes et en particulier des femmes journalistes 
Considérant les contraintes liées à la condition de femme (grossesse, allaitement, maternité, etc.)
Considérant la précarité des femmes

Appel sur l’égalité, l’équité du genre et la sécurité des femmes journalistes au Burkina Faso

Considérant la spécificité et les contraintes liées à l’exercice du métier de journaliste 
Considérant la faible représentativité des femmes dans les médias et dans les sphères de décisions

Considérant que le journalisme est un métier à risque (sécurité)
Considérant l’engagement politique au niveau national et supranational de promouvoir le genre,

Nous participantes et participants à l’atelier de formation sur l’égalité, l’équité du genre et la sécurité des femmes journalistes tenu les 23 et 24 janvier 2018 au Centre national de presse Norbert Zongo, 
Lançons un Appel 
Au gouvernement du Burkina Faso 
A faire appliquer les politiques de genre auxquelles notre pays a souscrit 
A harmoniser les congés de maternité avec la politique de l’allaitement qui prône l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois
A prendre des mesures pour la mise en œuvre effective de la convention collective
Aux organes de presse et aux responsables de médias
A bannir les préjugés sexistes sur les femmes

A proscrire toute forme de discriminations à l’égard des femmes dans les rédactions 
A privilégier le dialogue et la concertation avec les femmes lors de leurs états de grossesses et d’allaitement afin d’optimiser leur rendement tout en préservant l’équilibre de vie familiale

A établir l’équité dans la répartition des postes de responsabilités dans les rédactions ainsi que pour les missions de reportage
A prendre des mesures pour garantir la sécurité des femmes lors des reportages
De Créer des conditions d’un environnement favorable à l’épanouissement de la femme journaliste (toilettes séparées et adaptées aux femmes, crèches, etc.)
Aux organisations professionnelles de médias et autres défenseurs de la liberté de la presse et des droits humains en général

A s’engager pour une prise en compte des besoins spécifiques des femmes journalistes dans l’exercice de leur profession
A organiser des formations spécifiques continues au profit des femmes 
A créer les conditions pour la promotion des journalistes professionnelles

Fait à Ouagadougou le 24 janvier 2018
Les participantes et les participants

2018.01.30

Solidarité : L’Arabie Saoudite offre 1865 carcasses de viande aux populations vulnérables

Fidèle à son engagement, le Royaume d’Arabie Saoudite a mis à la disposition des populations vulnérables et nécessiteuses du Burkina Faso, des carcasses de viande de moutons du sacrifice du Hadj 2017. La réception symbolique, présidée par Mme le ministre en charge de la femme, Laure Zongo, a eu lieu dans la matinée du lundi 29 janvier 2018, au cours d’une cérémonie sobre mais riche en sens, qui du reste, donne le top de départ de la distribution. C’étaient en présence d’une délégation du gouvernement saoudien et du Centre humanitaire du Roi Salman conduite par l’Ambassadeur résident Dr Waled Bin Abducrahman Alhmoudi. Le président de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso, Cheick Souleymane Konfé et le représentant résident de la Banque islamique de développement, y ont également pris part.

Solidarité : L’Arabie Saoudite offre 1865 carcasses de viande aux populations vulnérables

Les populations vulnérables des 45 provinces du Burkina Faso verront leurs rations alimentaires améliorées. En effet, ce lundi 29 janvier, l’Ambassadeur résident du Royaume d’Arabie Saoudite, Dr Waled Bin Abducrahman Alhmoudi, a procédé à la remise officielle de 1865 carcasses de moutons provenant des sacrifies du pèlerinage de 2017 à Mme le ministre en charge de la femme à leur profit. A travers ce don, le gouvernement saoudien vient encore perpétuer une vieille tradition d’amitié et de coopération entre les deux pays. « Ca reflète aussi la volonté de l’Arabie Saoudite de montrer que le Burkina Faso est un peuple ami et qu’il faut prendre soin de ces amis », ajoute Dr Waled Bin Abducrahman Alhmoudi.

Avant l’entame des solennités, le président de la Fédération des associations islamique du Burkina Faso (FAIB), Cheick Souleymane Konfé, a loué et remercié Allah, le Tout Puissant pour la tenue de la présente activité de solidarité à l’égard du peuple burkinabè.

Par la suite, le ministre Laure Zongo/Hien a pris la parole pour exprimer sa satisfaction et grande joie pour avoir accueilli ce don. « Je voudrais vraiment dire merci à l’Ambassadeur et à toute la délégation du royaume d’Arabie Saoudite venus ici avec les responsables de la FAIB pour s’associer à nous pour accueillir avec joie ce don, qui va participer à améliorer la ration aliment des populations vulnérables », a-t-elle déclaré, affirmant par ailleurs que « nul n’est aussi riche pour se passer de la solidarité d’autrui, nul n’est aussi pauvre pour ne pas être solidaire avec les autres ». 
A l’en croire, le soutien du gouvernement saoudien contribue à affirmer leur volonté de voir se construire « un Burkina Faso de justice, de concorde et de paix sociale qui sont les déterminants d’un développement harmonieux ».

En retour, elle a assuré qu’aucune légèreté ne sera admise lors de la répartition du don sur toute l’étendue du territoire. « Nos services avec la collaboration de la FAIB, avons pris des dispositions pour une répartition efficiente afin que toutes les provinces puissent en bénéficier (…) », a confié Mme le ministre en charge de la femme.

Elle a, par conséquent, invité les structures bénéficiaires dont le Centre Delwendé de Sakoula, l’Hôtel maternel, à être le relais que ce don parvienne aux plus démunis.
Cheick Souleymane Konfé, qui s’exprimait au nom des bénéficiaires, a plaidé pour l’octroi de vivres de premières nécessités.

Son cri de cœur a été entendu. « Le don de céréales, de riz et d’autres matériels se feront bientôt à travers le Centre Humanitaire du Roi Salman », a annoncé Dr Alhmoudi devant un parterre d’invités. Poursuivant, il a fait cette précision : « La présente activité est une partie des dons et aides que le royaume d’Arabie Saoudite offre au Burkina Faso ». Après avoir insisté sur les relations d’amitié et de coopération qui unissent les pays, l’Ambassadeur a remercié le gouvernement burkinabè pour avoir facilité l’acheminement de cette livraison. Il a associé ses remerciements au ministre Laure Zongo/Hien ainsi qu’au président de la FAIB pour les mots qu’il a eu à l’endroit de son pays.

En rappel, cette cérémonie officielle s’inscrit dans le cadre du Projet de l’Arabie Saoudite d’utilisation de la viande sacrificielle.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net